Projet architectural

Le Centre Marial de Guadalupe sera implanté dans un des bâtiments existants de la Plaza Mariana, situés de l’autre côté de la place par rapport à la basilique.

Il occupera le premier étage de l’un des bâtiments, étage accessible depuis la place par une dizaine de marches.

Cet étage est tout en long (50m de large sur 100 m de long), et est amputé de 2 zones vides donnant sur le rez-de-chaussée (une rampe et un auditorium).

À gauche de l’entrée se trouveront un café et un restaurant (qui manquent dans le quartier), ainsi qu’un magasin de souvenirs.

À droite de l’entrée se trouveront la zone d’achat des billets pour les spectacles et une maquette de Guadalupe des années 1531. De là, les personnes pourront aller soit au spectacle du Parcours de Découverte, soit dans la salle Aleteia qui propose des bornes permettant d’approfondir le parcours, soit dans la salle polyvalente.

Le Parcours de découverte commence dans un espace où sera projetée une introduction du Parcours présenté en quelques minutes par Juan Diego (l’indien qui a eu l’apparition de la Sainte-Vierge), puis par un enchaînement de 5 salles reliées par des couloirs, exploitant au mieux l’espace du fond de l’étage autour de l’auditorium. Les 4 premières salles reprennent la forme et les décors de celles du Centre International Marie de Nazareth ; la 5ème sera originale et radicalement différente, avec une projection sur un écran circulaire et sur un dôme, avec un décor minimum. À l’issue du Parcours les personnes pourront passer un moment dans la salle Aleteia, puis ressortir.

L’accès à la salle polyvalente pourra se faire de manière indépendante de celui du Parcours de découverte.

L’étage est parallélépipédique, avec des gros piliers tous les 12 mètres, et ressemble à un parking de supermarché. Le bâtiment a été construit pour respecter les normes sismiques et composer avec les enfoncements irréguliers du sol de Mexico (qui fait que les murs des bâtiments et églises de l’ère espagnole sont penchés de manière impressionnante, que les murs et même le sol présentent des failles de plusieurs dizaines de centimètres).

Le concept retenu par les architectes a donc été d’habiller les murs et volumes de l’étage par des murs courbes, en bois, dans l’idée des pans du manteau de Marie sur son image de la tilma. Ils apporteront une atmosphère de douceur et de repos ; le contraste sera saisissant avec l’agressivité des murs impersonnels et angles droits de l’étage du dessous.

L’autre concept retenu par les concepteurs du centre marial a été de diviser l’espace en 3 zones décorées de manières différentes : une première zone moderne, pour l’ensemble café – restaurant – magasin, une seconde zone de l’ère de Juan Diego, 1531, entre le comptoir d’achat des billets et l’entrée de la salle 1 du Parcours, et une troisième zone de l’ère de Jésus-Christ pour les 4 premières salles du Parcours.

Enfin un jardin sur le toit du bâtiment, où les personnes pourraient monter admirer la colline de Tepeyac, la place et les basiliques à ses pieds, et se recueillir à l’issue du Parcours, couronnerait le tout ; mais les contraintes administratives et techniques font que cette partie est encore incertaine.