Les Apôtres sont partis évangéliser le monde entier

Les Apôtres ne sont pas partis seulement dans le monde romain ...

Ils sont partis aux quatre coins du monde

Plus de la moitié des Apôtres sont partis évangéliser en dehors de l’Empire romain.

Seuls 4 sont partis en Occident :

  • - Pierre (Antioche, Rome, martyr à Rome), 
  • - Jean (Éphèse), 
  • - Jacques le Majeur (Espagne, martyr à Jérusalem - cf. Ac 12,2)
  • - et Paul (Asie Mineure, Grèce, martyr à Rome), le dernier des Apôtres 

Jacques le Mineur est resté à Jérusalem où il a été précipité du pinacle du Temple.

Tous les autres sont partis en Orient ou dehors de l’Empire romain :

  • - André en Asie Mineure, Roumanie, Crimée (martyre à Patras), 
  • - Philippe sur les bords de la Mer Noire (martyr à Hiérapolis), 
  • - Barthélémy vers Ninive et en Arménie (martyr à Urbanos), 
  • - Jude Thaddée en Babylonie (martyr à Edesse), 
  • - Thomas en Inde et en Chine (martyr à Kalamande), 
  • - Matthieu en Haute Égypte et en Éthiopie (martyr en Syrie), 
  • - Simon le Zélote en Mauritanie, Arabie (martyr à Ostrakine) 
  • - Matthias, en Ethiopie (martyr à Biritov).

Ils ont fondé des Églises variées dont la postérité est constituée par l’ensemble des Églises apostoliques : grecs orthodoxes, chaldéens, syriens, arméniens, coptes, maronites, en Inde et jusqu’en Chine, dont les traditions et le patrimoine liturgique sont très utiles pour comprendre, compléter et valider les traditions occidentales, mais tout ce patrimoine reste malheureusement largement inconnu des exégètes occidentaux.

Une croissance exponentielle

Le grand problème des Apôtres était de gérer l’expansion exponentielle « x6 » du Christianisme

Dans la tradition juive, la transmission de la foi est une priorité pour laquelle on s’est organisé : 1 maître enseigne à 6 disciples, formant ainsi un groupe de 7, le nombre parfait, et cet enseignement se déploie sur 3 années, avec des écoles d’hiver et des écoles d’été.

Ces principes (x6) se retrouvent dans l’Évangile :

  • Jésus commence par réunir 6 disciples en Galilée (Jean et André, qui amènent ensuite leurs frères Jacques et Pierre, puis Philippe et Nathanaël, aussi appelé Barthélémy).
  • Puis il rassemble les 6 autres disciples plus tard, en Judée.
  • Ces 12 Apôtres auront chacun 6 disciples, pour former le groupe de 72.
  • Au moment de la Résurrection, le Christ apparaît à environ 500 disciples constitués par les 72 et leurs disciples (6x72 = 432).
  • Enfin, au moment de la Pentecôte, il y aura 3.000 baptisés (500x6) .

12, 72, 500, 3.000 puis 18.000, 108.000, etc …

C'est bien une expansion exponentielle qu'il a fallu gérer ...

C'est-à-dire qu’il a fallu s'organiser pour former des personnes pour qu’elles soient à leur tour des formateurs capables de former d’autres formateurs sans oublier rien d’essentiel évidemment : c’est forcément un petit peu plus compliqué que de donner de vagues homélies à des passants.

La gestion de la croissance exponentielle de l’Église et la question de la transmission de la foi sont donc forcément les grandes priorités de l'Eglise après la Pentecôte, avec les baptêmes de milliers de personnes, touchés par la prédication et le témoignage des Apôtres. Le jour de la Pentecôte, après le discours de Pierre, il s'adjoignit immédiatement « environ 3.000 âmes » (Ac 2,41). Peu après, après le Miracle de Pierre à la Belle Porte, « beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole embrassèrent la foi, et le nombre des fidèles, en ne comptant que les hommes, fut d'environ 5.000 » (Ac 4,3). Et très vite « Les croyants, de plus en plus nombreux s'adjoignaient au Seigneur, une multitude d'hommes et de femmes » (Ac 5,14).

Le modèle de l'évangélisation efficace : de maître à disciple

Ce sont donc des milliers de néophytes, nouvellement baptisés, qui doivent être vite accueillis et formés, afin qu’ils deviennent eux aussi des formateurs capables d’en former d’autres.

Il faut regarder attentivement la première Église qui donne le modèle de l’évangélisation efficace, de maître à disciple ...