Le mystère de l’homme ne s'explique pas sans Dieu

Le mystère de l’homme conduit lui aussi à Dieu quand on le scrute attentivement.

D’où vient la dignité de la personne humaine ?

D’où vient son caractère unique et irremplaçable dont nous avons tous l’intuition ? La personne, sujet « individuel de nature rationnelle » (Boèce), est plus qu’un simple amas de cellules.

Si tout est matériel, on n’a rien à objecter à Staline ou Hitler, ni à tous les athéismes

Les pires dictateurs, qui revendiquaient l’omniscience et l’infaillibilité, se sont logiquement révélés les plus grands massacreurs de l’histoire, très loin devant les guerres religieuses, parce qu'en niant Dieu, ils ont aussi renié à la personne son caractère sacré d'image de Dieu.

 

Le bien et le mal existent indépendamment de nous

 

Finalement, si le cosmos est son propre absolu, il n’y a aucune différence de nature entre un homme et un moustique : ils ne sont que des sous-produits temporaires de la matière et de l'énergie. Il n’y a donc pas de bien et de mal, il n’y a pas de valeurs morales objectives : que l'on écrase un enfant ou un moustique, ce n’est rien de plus qu’une réorganisation de la matière qui les constituait. De même, les relations humaines ne sont que des illusions transitoires, de simples phénomènes hormonaux et neuronaux. Mais nos expériences quotidiennes, nos rencontres, notre désir d'être respecté et notre respect d’autrui, nous enseignent que ce n’est pas vrai.

Qui suis-je en profondeur ?

Pourquoi est-ce moi qui existe et pas un autre ? Qui est ce "moi" et d'où vient-il ? Si c’est un pur hasard, alors mon identité personnelle, comme celle de mon prochain, sont un non-sens, et nos liens une illusion. C'est ainsi que l'on entrevoit le mystère d’une paternité : le mystère d'un Dieu qui a voulu que j'existe, moi et pas un autre. Un Dieu spirituel qui n'a créé comme un être spirituel : je suis là depuis ma naissance et je demeure même si tous les éléments matériels de mon corps changent et si 20 ans plus tard par une seule de mes anciennes cellules ne demeure. Tout a été remplacé, un flux de matière m'a traversé mais "moi", mon âme, mon être profond demeure parce que je suis une réalité spirituelle.

 

Pour approfondir :