Glossaire

Gnose

Les gnoses antiquessont connues à travers les pères de l’Eglise qui les ont combattues ou à travers des manuscrits du IV° siècle à Nag Hammadi (Egypte). Leurs idées survivent jusqu’à nos jours.

Les gnostiques exaltent l’être humain au-dessus du Dieu créateur et de ses anges[1]. C’est ici que la gnose révèle son orientation moniste.

Leurs récits expliquent les origines célestes de l’âme, sa chute dans le monde et sa guérison grâce à la gnose. L’âme déchue est parfois décrite comme une femme qui cherche à se réunir à sa contrepartie mâle céleste, ou bien, les femmes gnostiques pourraient devenir mâles[2].

Pour eux, la dimension historique de l’Ancien et du Nouveau Testament n’a aucun intérêt et jamais le sauveur immortel n’a été soumis à la mort (docétisme).

Jésus aurait révélé secrètement la gnose durant la période entre sa résurrection son ascension.

Selon eux, les humains sont de manière innée des personnes spirituelles, psychiques ou matérielles. Seuls les spirituels seront sauvés, leur salut dépend de la nature et non pas de la réponse à la foi au Christ et de la grâce de Dieu.

Cf. Pheme Perkins, « La gnose » dans Dictionnaire de théologie fondamentale, Cerf, Paris 1992, p.481-487


[1] cf Ev. Phil. CG II 3 71, 35 à 72, 4

[2] Cf. Ev. Thomas. 114