Haïti : Notre Dame du perpétuel Secours

Une neuvaine avec l’icône du Perpétuel Secours

Chaque jour de la neuvaine commence avec une méditation inspirée d'une mariologie sociale. Marie, comme l'a dit Jean Paul II, est présente dans les grandes luttes de l'Histoire, pour la vie et pour la dignité des plus pauvres. Ensuite, vient une méditation sur l'icône, qui est une manière de méditer l'Evangile, et alors l'Esprit Saint vient en nous et inspire une juste prière de demande.

Premier jour de la neuvaine

Méditation sociale : En regardant l'Archange Gabriel, prions pour qu'une foi concrète et basée sur la vérité remplace la superficialité religieuse.

Méditation sur l'icône : Mère du Perpétuel Secours, sur ton image, on aperçoit l'Archange de l'Annonciation, saint Gabriel, présentant la Croix et les clous. Il nous transporte à Nazareth. C'est là qu'il descendit dans l'une des cinquante pauvres maisons du village pour venir à ta rencontre. C'est là que s'accomplit l'Incarnation : le fils de Dieu, par l'opération du Saint-Esprit, se fit notre frère, assumant dans ton sein notre nature humaine.

A Nazareth, Jésus grandit dans une ambiance de simplicité, de discrétion et de travail. Et toi, Marie, tu tenais ses petites mains d'enfant dans la tienne pour les unir dans un geste de prière ; tu lui enseignais les psaumes et les prières d'Israël, ton peuple.

Prière : Ma mère, servante du Seigneur, femme du foyer et femme au travail, enseignes-nous à aimer nos foyers, à les regarder dans la joie et la bonne entente. Aide-nous à construire une société fraternelle et juste où il y aura du travail et du pain pour tous.

Deuxième jour de la neuvaine

Méditation sociale : En regardant l'Archange Michel, prions pour que disparaissent la misère, le chômage, l'ignorance et qui règne la justice, l'amour et la paix.

Méditation sur l'icône : A ta droite Marie, à hauteur de tes épaules, s'incline l'archange saint Michel, chef des milices célestes, ardent défenseur de la gloire du Seigneur. Il nous rappelle que Dieu seul est le Seigneur de l'univers et que son règne est un règne de justice, d'amour et de paix.

L'archange tient un bâton surmonté d'une éponge et une lance dont la base est enveloppée dans les plis de son manteau vert. C'est avec l'éponge qu'on humecta les lèvres de Jésus agonisant, parce que la soif lui brûlait la gorge et les entrailles. Avec la lance, ils lui transpercèrent le côté d'où sortirent du sang et de l'eau.

Mais ton Fils Jésus n'est pas mort vaincu : le troisième jour le père l'a ressuscité et depuis lors, la lance, l'éponge et la croix sont devenues les symboles de la victoire du Christ sur le péché et la mort. C'est pour cela que les anges les portent non comme une menace, mais comme un trophée.

Prière : O mère, donne-nous de croire à la puissance de ton fils et à l'efficacité de son sang qui purifie et vivifie. Il a donné sa vie pour les hommes, celui dont la force s'établit sur l'amour.

Troisième jour de la neuvaine

Méditation sociale : En regardant les noms de la Mère de Dieu et de Jésus Christ, sources de miséricorde, prions pour que disparaissent en nos cœurs la haine et la division.

Méditation sur l'icône : De chaque côté de l'auréole qui entoure ton visage est dessiné de grandes lettres. Ce sont les initiales des mots : Mère de Dieu. A droite de la tête de ton Fils on aperçoit les lettres de son nom : Jésus Christ. Parce que tu es mère du Fils de Dieu fait homme, tu es aussi secours perpétuel, sûr, irrésistible, intercession sans fin, prière efficace pour obtenir ce que nous demandons. Tu es Mère de Dieu. C'est ton titre principal, unique, exclusif.

Il y a beaucoup de mères dont les fils ont été illustres et beaucoup de femmes qui ont exercé une influence dans les domaines du pouvoir, de l'art ou de la science. Mais c'est toi seule que nous exaltons et vénérons, c'est en toi seule que nous nous réjouissons par-dessus toutes les créatures. Dieu, de génération en génération, continue de révéler en toi sa miséricorde pour tous les fidèles, c'est pour cela que tous te proclament bienheureuse.

Prière : Marie, «bénie entre toutes les femmes» prie pour nous.

Quatrième jour de la neuvaine

Méditation sociale : La main gauche de Marie nous tient comme elle a tenu l'Enfant Jésus. Demandons à Marie de nous apprendre l'abandon en nous donnant une totale confiance en Dieu.

Méditation sur l'icône : Dans les mains des anges se trouvent les instruments de la passion : lance, éponge, croix. Dans ta main gauche, Marie, tu tiens l'Enfant Jésus. Ainsi, sur cette icône sont réunis Nazareth et le calvaire, l'enfance de ton Jésus et sa mort rédemptrice. Lorsqu'à Jérusalem tu as présenté Jésus dans le temple, un vieillard t'a annoncé qu'un glaive te transpercerait le cœur. Depuis ce jour, ô Notre-Dame, tu n'as cessé de penser à la signification de ce glaive. Tu étais ravie des balbutiements de ton Enfant, de ses premiers pas hésitants, et plus tard de ses mouvements assurés. Mais tu voyais aussi, suspendue, une épée qui t'attristait profondément.

Prière : Mère du Perpétuel Secours, toi qui tiens dans tes bras l'Enfant Jésus, soutiens nos faibles forces quand nous regardons l'avenir et le voyons sombre ou chargé de maladies et de souffrances. Nous nous confions en ta bonté, parce que ton nom de Perpétuel Secours est une invitation à la confiance et à l'espérance.

Cinquième jour de la neuvaine

Méditation sociale : Dans le sens de notre devise, « l'Union fait la force », que ces mains unies nous conduisent en nous éloignant de tout sentiment de colère, d'agressivité et de violence.

Méditation sur l'icône : De la main gauche, tu tiens l'Enfant. Avec ta main droite tu serres les mains de Jésus et de tes longs doigts effilés, tu montres ton visage. Un jour à Cana, tu as dit : « faites tout ce qu'il vous dira ». Tu nous montres Jésus, celui qui par excellence est bon et puissant. C'est pourquoi sur l'icône tu nous rappelles que tu es celle qui montre le chemin, tu es la conductrice, Hodigitria, la Vierge du Chemin.

A la transfiguration, Dieu le Père a fait entendre sa voix : « Celui-ci est mon fils bien-aimé ; écoutez-le » tu es Mère, le signe qui nous permet de reconnaître la présence aimable et réconfortante de Jésus Christ. Où il est, Lui, tu es là aussi, inséparablement unis. Mère et premier disciple de Jésus, tu nous dis et redis qu'être chrétien consiste à suivre ton fils et que tu veux nous conduire par la main jusqu'à Lui.

Prière : Nous te remercions, Marie, parce que tu éclaires notre route vers la maison du Père. Ravive notre foi, soutiens notre espérance lorsque se fait sentir la fatigue du voyage.

Sixième jour de la neuvaine

Méditation sociale : L'enfant dans tes bras, nous montre notre fragilité, aide-nous à retrouver les vraies valeurs chrétiennes, familiales et sociales, à aimer et à prendre soin de notre environnement.

Méditation sur l'icône : Marie, nous regardions ton Enfant. Ce n'est pas vraiment un bébé. Il est vif comme un enfant de plusieurs années. Nous retournons en pensée à Nazareth, à la vie de famille monotone et tranquille. Tu te consacrais aux besognes domestiques : la cuisine, le four, la corvée d'eau et de bois ; tu allais à la fontaine publique du village en tenant Jésus par la main. Là, on saluait les gens, on parlait, on commentait les nouvelles du pays, pendant que les enfants du village, et Jésus avec eux, jouaient avec entrain. Tu souriais avec satisfaction. Avec Joseph et Jésus, tu formais une famille modeste d'Israël.

Prière : Mère de bonté, éclaire-nous, pour que dans la fatigue des jours nous reconnaissions la présence du Père du ciel, qui ne nous abandonne jamais, même quand notre foi pâlit et que les difficultés nous écrasent. Donne-nous la force, afin que, pleins de confiance, nous demandions, selon l'enseignement de Jésus, notre pain de chaque jour, et qu'il ne nous permette pas de tomber dans la tentation et le désespoir.

Septième jour de la neuvaine

Méditation sociale : L'étoile sur ton front nous guide sur le chemin de la vérité en nous évitant le mensonge, l'erreur, la maladie et la corruption.

Méditation sur l'icône : Sur ton front, Mère pleine de bonté, nous voyons une étoile qui nous rappelle l'étoile qui conduisit les mages d'Orient jusqu'à Bethléem pour y adorer l'enfant Jésus. Tu es comme l'étoile de Bethléem : tu nous conduis à Jésus et tu nous montres où nous pouvons le rencontrer : dans sa parole, dans l'eucharistie, dans le silence de la prière, dans nos frères, spécialement les plus pauvres et les plus abandonnés.

Après la résurrection de ton Fils, tu te trouvais avec les premiers disciples, vigilants dans la prière. C'est pourquoi, au matin de la Pentecôte, quand le Saint Esprit lança le programme de l'évangélisation du monde entier, tu étais là, au milieu des Apôtres, accompagnant les premiers pas de l'Eglise missionnaire.

Prière : Ô Marie, étoile de l'évangélisation, aide-nous à accomplir notre mission de disciples de ton Fils. Bénis les efforts de tous ceux qui proclament l'Evangile.

Huitième jour de la neuvaine

Méditation sociale : Les couleurs de l'icône nous montrent comment la vie divine est en chaque être humain. Prions pour que le mépris de la dignité humaine soit remplacé dans nos cœurs par le respect et l'amour du prochain.

Méditation sur l'icône : Ton icône, ô Marie, est faite de contrastes. La sandale de l'Enfant Jésus se détache, pendant que ses mains s'agrippent à la tienne. Les instruments de la Passion sont tenus dans un manteau, comme s'ils venaient d'être recueillis après la résurrection. Les couleurs choisies par le peintre accentuent aussi les contrastes: le bleu, le rouge, le vert des habits, et le fond d'or. En outre, le peintre a voulu distinguer cinq plans dans le tableau. Au premier plan, la main qui montre le Sauveur. Puis l'Enfant Jésus. Au troisième plan, toi, Marie. Plus loin, les anges avec les instruments de la Passion. Et, comme fond de tableau, la lumière glorieuse du fond d'or. C'est pourquoi cette icône manifeste à tous qui est le Sauveur et le montre à Nazareth, au calvaire et dans la gloire.

Prière : Ô Mère, enseigne-moi à vivre avec confiance les situations contrastées de la vie : chaque jour il faut naître et chaque jour il faut mourir. Aide-moi à comprendre toujours mieux le mystère de notre salut, qui passe par la croix et la souffrance pour aboutir au triomphe de la résurrection.

Neuvième jour de la neuvaine

Méditation sociale : Les yeux de Marie dégagent une force qui est tendresse et amour, qu'elle nous rassure et nous guérisse de la dureté du cœur, du découragement, du désespoir des dénigrements, et nous donne le ton de la persévérance.

Méditation sur l'icône : Nous terminons cette neuvaine, ô Notre-Dame, pleins d'admiration d'avoir pu constater sur ton icône le sens de ton nom. Ce sens est reflété dans la tendresse de tes yeux. Tu es le Perpétuel Secours, parce que tes yeux, de quelque coté qu'on les regarde, gauche ou droite, se posent sur nous pleins de tendresse et du désir de nous protéger. Ils nous suivent partout, quelles que soient nos conditions de vie, nos écarts, défauts et reculs.

Tu es le Perpétuel Secours, parce que le geste par lequel tu soutiens Jésus se prolonge sans fin : tu es toujours à ses cotés comme celle qui ne cesse d'intercéder pour nous.

Prière : Perpétuel Secours, parce que telle est ta mission : médiatrice de la grâce de Dieu, qui est inépuisable, malgré l'immensité de nos fautes. Obtiens-nous la grâce de correspondre à ton perpétuel secours par notre recours perpétuel à la prière.

Ainsi soit-il.

________________

Notre Dame du perpétuel secours est la patronne de l’église d’Haïti. Cette neuvaine est sur le Site officiel de l’église d’Haïti :

http://ecdha.org/component/option,com_frontpage/Itemid,1