Synthèse : St Joseph en 5 points

1- Vrai Père « gardien du rédempteur »

- Le titre de père, reconnu à saint Joseph par Marie et par Jésus (Lc 2, 48) montre que la paternité humaine n'est pas seulement, comme chez les animaux, l'acte simple de la génération, mais elle comprend d'autres fonctions, comme l'accueil et l'éducation. Saint Joseph a accueilli Jésus et lui a donné le nom, la subsistance, l'éducation, le métier et la condition sociale, sans rien négliger de ses devoirs de père.

- Saint Joseph pourrait être vu comme le patron des enfants dans le sein de leur mère, car l'ange lui dit de prendre Marie pour femme alors qu'elle était enceinte de Jésus (Mt 1 18-25). Il fut le protecteur de Jésus avant sa naissance.

- Pendant la fuite en Egypte, la famille est confiée à la garde de Joseph, qui se laisse guider par Dieu. La liturgie rappelle qu'« à saint Joseph a été confiée la garde des mystères du salut à l'aube des temps nouveaux » et elle précise qu'« il fut le serviteur fidèle et prudent à qui Dieu confia la Famille pour qu'il veille comme un père sur son Fils unique ». Dieu a jugé suffisante pour son Fils la fidélité et la prudence de Joseph.

2 - Vrai « époux de la vierge Marie »

« Joseph fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse »; ce qui est engendré en elle « vient de l'Esprit-Saint » (Mt 1, 20) : ne faut-il pas conclure, devant ces expressions, que son amour d'homme est, lui aussi, régénéré par l'Esprit-Saint? »

(Jean Paul II, Redemptoris custos 19)

L'amour établit une communion. Joseph « participe » au mystère de l'Incarnation, avec Marie, « entraîné dans la réalité du même événement salvifique »

(Jean Paul II, Redemptoris custos 1)

En participant au mystère, Joseph soutient la foi de Marie :

« En ayant devant les yeux le texte des deux évangélistes, Matthieu et Luc, on peut dire également que Joseph est le premier à participer à la foi de la Mère de Dieu, et qu'ainsi il soutient son épouse dans la foi à l'Annonciation divine. »

Il est « placé par Dieu » auprès de Marie pour la soutenir dans son « pèlerinage de la foi. »

(Jean Paul II, Redemptoris Custos, § 5)

3- Maître d'oraison

Citons par exemple Thérèse d'Avila :

« Depuis plusieurs années, ce me semble, que je lui demande [à saint Joseph] quelque chose le jour de sa fête, il m'a toujours exaucée ; lorsque ma demande n'est pas tout à fait juste, il la redresse, pour mon plus grand bien. [...]
Les personnes d'oraison, en particulier, devraient toujours s'attacher à lui ; car je ne sais comment on peut penser à la Reine des Anges au temps qu'elle vécut auprès de l'enfant Jésus, sans remercier saint Joseph de les avoir si efficacement aidés.

Que ceux qui ne trouveraient pas de maître pour leur enseigner l'oraison prennent pour maître ce glorieux saint, et ils ne s'égareront pas en chemin. »

Thérèse d'Avila, autobiographie VI, 7-8.

4- Joseph rendit le travail humain proche du mystère de la Rédemption

« Le travail humain, en particulier le travail manuel, prend un accent spécial dans l'Évangile. Il est entré dans le mystère de l'Incarnation en même temps que l'humanité du Fils de Dieu, de même aussi qu'il a été racheté d'une manière particulière. 

Grâce à son atelier où il exerçait son métier en même temps que Jésus, Joseph rendit le travail humain proche du mystère de la Rédemption. »

Jean Paul II, Redemptoris Custos, 22

Ce fait nous concerne tous. Citons par exemple Thérèse de Lisieux :

« Tout est si grand en religion... ramasser une épingle par amour peut convertir une âme. Quel mystère !... Ah! c'est Jésus qui peut seul donner un tel prix à nos actions, aimons-le donc de toutes nos forces... »

Thérèse de l'Enfant Jésus, Lettre 164 à Léonie (22 mai 1894)

5- Patron de l'Eglise universelle.

Joseph est apparu en France à Cotignac (1660), invitant un berger à soulever une pierre pour trouver une source...

En Pologne à Kalisz (1670), Joseph a guéri un homme en lui révélant un tableau représentant la famille, l'Esprit Saint, Dieu le Père - tableau intitulé "Allez à Joseph".

En 1870, le pape Pie IX confia l'Eglise à la protection spéciale de saint Joseph, le déclarant « patron de l'Eglise Catholique. »

En 1879, les apparitions silencieuses de Knock, en Irlande, montrent la Vierge Marie, saint Joseph, saint Jean, l'autel et le Christ Agneau.

En octobre 1917, saint Joseph est vu par les voyants de Fatima.

De 1904 à 1967 au Québec, le frère André construit sur un mont un monumental oratoire à saint Joseph - miracles et guérisons abondent...

Au début du XXI° siècle, au Brésil, sont alléguées des apparitions à Itapiranga qui recommandent la dévotion au coeur très chaste de saint Joseph, le mercredi qui suit la solennité du Sacré Coeur de Jésus.

Le pape François a célébré sa messe d'intronisation le 19 mars, fête de saint Joseph. En la première année de son pontificat, il a promulgué un décret pour que soit nommé saint Joseph dans le canon de toutes les prières eucharistiques.

 


 

 

Synthèse F. Breynaert