La musique classique, Haydn et Mozart

La musique classique, Haydn et Mozart

Généralités :

Avec la mort de J.S. Bach, en 1750, s'achève l'époque baroque.

L'orchestre prend de l'autonomie et la musique instrumentale se veut parlante, par exemple avec Haydn et Mozart. Parmi les instruments, le « pianoforte » prend de plus en plus d'importance. Haydn et Mozart sont les grands protagonistes d'une nouvelle forme musicale : la sonate.

Dans les églises, les litanies se prêtent à de magnifiques concerts. Chaque invocation a une vie autonome. Toutes les litanies mariales se distinguent par leur grâce et leur douceur. Les litanies pour l'adoration du Saint Sacrement se distinguent par leur majesté et leur jubilation dans l'adoration divine.

Et les antiennes, telles que « Regina Coeli », revêtent une certaine importance durant toute l'époque du classicisme.

Haydn

Franz Joseph Haydn (1732-1809), autrichien, a composé de merveilleuses œuvres mariales :

- Messe en l'honneur de la Vierge Marie

- Salve Regina en mi bémol majeur

- Salve Regina en sol mineur

- Stabat Mater en Sol mineur

- Litanies de la bienheureuse Vierge Marie en Do mineur

Mozart

Wolfgang Amadeus Mozart (Salzbourg 1756-1791) a composé ses premières litanies à l'âge de 15 ans, en 1771 (K 109 litanies de Lorette en si bémol majeur). Par la suite, W.A. Mozart (Salzbourg 1756-1791) a composé beaucoup d'œuvres mariales de grande valeur :

K. 92 Salve regina

K. 108 Regina Coeli

K. 109 Litanies de Lorette

K. 127 Regina Coeli

K. 195 Litanies de Lorette

K. 193 Dixit et Magnificat

K. 198 Sub tuum Praesidium, offertorium, Alma Dei Creatoris

K. 273 graduale ad festum BMV sancta Maria mater Dei

K. 276 Regina coeli

K. 277 Offertorium de BMV

« Ave Maria » à quatre voix féminines en canon

Ecouter ci-dessous plusieurs oeuvres (youtube).

Les autres tendances de la musique classique :

Une autre tendance, consiste à rechercher la facilité, un certain hédonisme, c'est la musique galante rococò.

A ce style s'oppose le mouvement « sturm und drang », entre 1770 et 1780, qui souligne les contrastes entre le bien et le mal, la tempête et le calme, met en valeur l'héroïsme et l'engagement, par exemple : Schiller, Goethe, Hiller.


Cf. Pellegrino Santuci, La Madonna nella musica, Cappella musicale D. Maria dei Servi, Bologna, 1981. Vol I, p. 426-440


Françoise Breynaert