Le décalogue

Le décalogue

Dieu prononça toutes ces paroles, et dit:

"Je suis YHWH, ton Dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude.

Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi. [...]

Tu ne prononceras pas le nom de YHWH ton Dieu à faux, car YHWH ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux.

Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est un sabbat pour YHWH ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'étranger qui est dans tes portes. [...].

Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne YHWH ton Dieu.

Tu ne tueras pas.

Tu ne commettras pas d'adultère.

Tu ne voleras pas.

Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain.

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain."

(Exode 20, 1-17)

Bref commentaire.

1) Le décalogue commence par une parole où Dieu se présente et enseigne qui il est.

La loi est donc un enseignement (Torah). Nous apprenons que Dieu est le genre de « personne » qui, s'il était homme, ne tuerait pas, ne volerait pas, et le reste.[1]

2) Il y a deux récits du décalogue dans la Bible et tous les deux commencent en disant : "Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude." (Exode 20, 1 = Deutéronome 5, 6).

Le décalogue est donc le code des hommes libres. Le but du décalogue n'est pas de réduire les hommes en esclaves de Dieu. Il est au contraire de monnayer leur liberté en une conduite digne d'hommes libres invités à connaître et à partager les mœurs de Dieu[2].

3) Juifs et chrétiens s'accordent pour dire que le décalogue est amour, amour de Dieu, amour du prochain.

4) Une grande partie du décalogue se retrouve aussi dans les autres religions, c'est pourquoi les chrétiens considèrent qu'il reflète une "loi naturelle", c'est-à-dire une source d'inspiration inscrite dans la conscience morale de chacun et qui correspond à la "nature humaine" (à ce qui fait que nous sommes des hommes et non pas des plantes ou des animaux). Vivre le décalogue s'est donc s'épanouir.[3]

5) Les commandements et les interdictions du décalogue n'ont pas de sanctions comme dans une véritable juridiction : ceci indique sans doute que ces commandements ont existé bien avant qu'il n'y ait eu en Israël un Etat ou une cour royale capable d'appliquer des sanctions. De façon plus profonde, ceci indique que la loi s'apparente d'abord à des conseils et que ces conseils pourront ensuite dépasser la loi écrite.

6) La loi "baigne" dans le récit biblique qui transmet des gestes de Dieu. Dans la Bible, l'action de Dieu ne consiste pas uniquement à donner des commandements, mais aussi, et sans doute d'abord, à aider, à secourir, à sanctifier, à encourager, à donner le goût de vivre et à faire découvrir la saveur de la vie (saveur = sagesse).

7) Dans la tradition juive, et donc aussi dans l'art, la loi qui permet de distinguer le bien et le mal, la Sagesse-Torah, est aussi l'arbre de vie, gardée par deux chérubins (cf. Gn 3,22.24).

8) Les deux décalogues de la Bible (Dt 5, 6-21 et Ex 20, 1-17) se ressemblent fortement mais le 4° commandement est expliqué différemment.

Dans Deutéronome 5, 15, Dieu commande le repos du Shabbat en mémoire de la sortie de la servitude d'Egypte.

Dans Exode 20, 11, Dieu commande le repos du Shabbat en référence au premier récit de la création selon lequel Dieu se reposa le 7° jour, un récit daté du temps d'Ezéchiel.

Ces nuances reflètent les étapes historiques et la situation du peuple juif.

9) Le christianisme ne modifie pas le décalogue, cependant, le fait historique qui l'introduit n'est plus la sortie d'Egypte mais la mort et la résurrection de Jésus qui est aussi appelée Exode (Lc 9, 31).

C'est aussi pourquoi les chrétiens célèbrent le dimanche et non plus le Shabbat. "Le passage de l'ancienne à la nouvelle Alliance est un changement d'Exode."[4]

Le décalogue est désormais orienté explicitement vers la vie éternelle et le retour à la maison du Père.


[1] Cf. Rémi Brague, la Loi de Dieu. Gallimard, Paris 2005, p. 102.

[2] Cf. Rémi Brague, Ibid.

[3] Ce qu'expliquera avec beaucoup de finesse saint Thomas d'Aquin.

Les rabbins ne parlent pas de loi naturelle mais ils commentent l'Alliance avec Noé (Gn 9) en parlant de sept commandements qui expliquent la présence des règles morales élémentaires chez tous les hommes. (B. Sanhedrin 56a)

[4] Cf. Rémi Brague, Ibid., p. 120


Françoise Breynaert