Les noces de Cana dans l'art

Les noces de Cana dans l'art

La scène représente les noces de Cana racontées en Jean 2.

Parfois le Christ est simplement représenté avec les invités. Parfois le Christ apparaît deux fois : au centre et sur le côté, entrain de bénir les jarres.

La scène apparaît déjà dans l'art paléochrétien.

Sur une fresque des catacombes d'Alexandrie, vers l'an 200 après J-C, la scène des noces de Cana où l'eau est changée en vin (cf. Jn 2) est rapprochée de scène de la multiplication des pains et de l'Eucharistie (cf. Jn 6).

Marie (HA?IA MAPIA) est située, comme dans l'évangile (Jn 2), en vis à vis de Jésus et des serviteurs, à Jésus elle dit : - "Ils n'ont plus de vin", et aux serviteurs elle dit : - "Faites tout ce qu'il vous dira".

Depuis le IV° siècle, le récit des noces de Cana fait partie des lectures de la fête de l'épiphanie et ce récit est considéré comme préfiguration de l'Eucharistie.

Dans l'art byzantin du IX° et XII° siècle, Jésus est assis à côté des époux et Marie lui fait part du manque de vin. Sur le côté est représenté le miracle, les jarres et l'eau changée en vin.

Certaines compositions représentent les époux couronnés comme dans les mariages de l'église grecque.

En Occident, l'époux est parfois représenté avec une kippa (un chapeau hébraïque),.

Exemple : un vitrail de Chartres (XII° siècle).

Au cours des siècles, le parallèle avec l'institution de l'Eucharistie est mis en valeur en donnant de l'importance au calice sur la table.

Au XIV° siècle, Giotto di Bondone représente Jésus à côté de l'époux, et la Vierge Marie à côté de l'épouse. Il y a tout un symbole, en effet, Jésus appelle Marie « Femme », Jésus est l'époux divin et désigne en Marie l'accomplissement de la Femme de l'Alliance.

Au XVI° et XVII° siècle, toujours en Occident, les tableaux ne mettent plus l'accent sur le miracle, mais sur la représentation toujours plus réaliste du banquet nuptial.

Exemple : Véronèse, Les noces de Cana.

Récemment, certaines représentations soulignent le lien entre Cana et la Croix. A Cana Jésus dit : « mon heure n'est pas venue » (Jn 2, 4), cette heure est celle de la croix, alors Jésus dit : "Père, l'heure est venue: glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie et que, selon le pouvoir que tu lui as donné sur toute chair, il donne la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés! » (Jn 17,1-2). Pour souligner ce rapport, les artistes représentent par exemple Jésus le cœur déjà transpercé.

Exemple : la plupart des représentations des noces de Cana par le Centro Aletti.


Bibliographie : D. Estivill, "Maria", Iconografia e arte cristiana, diretto da Liana Castelfranchi, Maria Antonietta Crippa. Edizioni San Paolo, Milano 2004, p. 969-970. F. Breynaert, A l'écoute de Marie, tome II, Brive 2007, p. 48-49.

Françoise Breynaert