L’arbre de Jessé : génération sexuée et génération spirituelle.

L’arbre de Jessé : génération sexuée et génération spirituelle.

Rappel[1] :

La représentation sur « l'arbre de Jessé » des rois (au premier rang desquels David et Salomon) traduit les généalogies du Christ données dans les de Matthieu et de Luc. Et le Christ est représenté au sommet ou du moins au centre.

Cette représentation est riche de sens. L'arbre de Jessé, en articulant les liens de génération spirituelle (la Vierge, le Christ, l'Esprit Saint) au-dessus des liens de génération sexuée (Jessé, les rois) affirme que plus que les liens du sang, c'est la « caritas » (la charité) dont l'origine est en Dieu, qui cimente la société chrétienne.

C'est pourquoi « l'arbre de Jessé » ne cherche pas à représenter la généalogie du Christ de manière exhaustive : ce n'est pas un « arbre généalogique », c'est une représentation théologique invitant à vivre le primat de la grâce dans la société.

Une signification politique ?

L'arbre de Jessé n'est pas une représentation pour soumettre une population à la royauté terrestre et à l'idéologie royale, au contraire, c'est une représentation qui rappelle aux rois de la terre que le véritable roi est le Christ, le Fils de la Vierge, le roi de la « caritas » divine.

« Les interprétations "politiques" de l'arbre de Jessé sont peu élaborées et omettent généralement une lecture relativement évidente : le rappel, dans les sanctuaires et très souvent à une place de choix, de la royauté du Christ et de la Vierge et l'affirmation de leur supériorité, c'est-à-dire en définitive de celle de l'Eglise, sur les rois. »[2]

Et il faut plutôt observer une double résistance de l'aristocratie au message exprimé par l'arbre de Jessé :

« 1. D'abord celle de l'amour dit courtois, qui non seulement met en cause les principes du mariage chrétien, mais plus encore fonde en quelque sorte la légitimité aristocratique sur la chair, en prétendant associer progrès spirituel et amour charnel.

2. A partir des années 1180, les thèmes du Graal, qui correspondent à une stratégie non plus de renversement mais de surenchère, font des chevaliers des hommes plus spirituels que les clercs et les représentent comme la véritable église, fondée, à la mort de Jésus, par un chevalier, Joseph d'Arimatie. »[3]


[1] Anita Gerreau-Jalabert, L'arbre de Jessé et l'ordre chrétien de la parenté, dans Marie, le culte de la Vierge dans la société médiévale, Beauchêne, Paris 1996, p. 138-170

[2] Ibid., p. 148

[3] Ibid., p. 169

Synthèse par Françoise Breynaert