Origène (183-253)

Origène (183-253 environ)

Né en Egypte, Origène (183-252) est un « père de l'Eglise », après Clément d'Alexandrie (150-210) et Tertullien (160-240) en Afrique, Irénée (140-185 environ) en Gaule, Ignace à Antioche (30-109)...

Né d'une famille chrétienne, il est un être ardent.

Vers l'an 202, lors des persécutions de Septime Sévère, il accompagne son père au martyre, et l'encourage à rendre au Seigneur le témoignage du sang. Il enseigne les catéchumènes et assiste courageusement plusieurs élèves martyrisés.

Aîné de 7 enfants, il nourrit les siens. Il renonce à tous ses biens afin de se trouver plus libre et de se dévouer au service du Seigneur, imitant les apôtres.

Vers l'an 230, il est ordonné prêtre à Césarée, ville où Origène a accès aux sources juives grâce à l'importante bibliothèque impériale qui s'y trouve. C'est une grande chance. Mais, de retour à Alexandrie, il est bannit d'Egypte et déchu du sacerdoce, à cause d'une querelle d'idées. Il repart et enseigne à Césarée, Athènes etc...

La postérité chrétienne ne gardera pas d'Origène ses réflexions philosophiques sur l'origine de l'âme, trop empruntées aux philosophies païennes de son temps. Mais son Commentaire du Cantique des Cantiques sera très apprécié et inspirera d'autres auteurs chrétiens.

La persécution de Dèce (249) est la première persécution systématique de grande ampleur contre les chrétiens. Elle met un terme aux activités d'Origène : emprisonné et torturé, Origène confesse sa foi jusqu'à la mort du tyran. Il est alors libéré, mais, brisé par les souffrances et affaibli par les mauvais traitements, il meurt peu après, vers 254.


Françoise Breynaert

cf. Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne 1981. Article Origène, par Ricardo Sanlés. Tome XI, col.934