La Virginité perpétuelle de Marie

La virginité de Marie

La virginité n'est guère à la mode de nos jours, elle est dépréciée dans nos sociétés et on va même jusqu'à contester la virginité de la Vierge Marie.

Avant Marie, chez les Juifs, bien que la stérilité de la femme fût considérée comme honteuse, bien des éléments préparaient la virginité chrétienne : la grande importance par exemple attribuée à la virginité de la fiancée ; elle apparaît aussi dans le contexte des Promesses et de l'Alliance. Mais en Marie la virginité prend sa vraie mesure. Marie est la seule femme du Nouveau Testament à laquelle est donné le titre de vierge (Lc 1,27 ; Mt 1,23.)

Il convient d'examiner tour à tour deux faits qui sont corollaires mais peuvent apparaître comme indépendants : la conception virginale (Lc 1,35) et la virginité perpétuelle de Marie (Lc 1,34).

Au fondement de tout le christianisme...

A ce propos, il faut distinguer l'Immaculée Conception de la conception virginale. La première se réfère au fait que Marie a été conçue sans péché et la seconde consiste dans le fait que Marie a conçu Jésus du Saint-Esprit en gardant sa virginité. Sur le plan philosophique, un athée ou un agnostique peut logiquement affirmer qu'une conception virginale est impossible. Mais il en va autrement pour ceux qui croient à l'existence de Dieu. En effet, si l'on admet l'existence objective d'un Dieu créateur, au nom de quel principe aurait-on le droit de lui refuser la possibilité de faire concevoir une vierge ?

Si d'autre part, l'histoire de la conception virginale n'est qu'un mythe ou une légende, ne faudrait-il pas en dire autant de l'Incarnation, de la Rédemption du monde par la passion et la mort du Christ, de la Résurrection et de la Parousie? On est frappé par le fait que ceux qui dans l'époque post-biblique déniaient la conception virginale niaient également la divinité de Jésus. Ainsi c'est tout le christianisme qui est sapé à la base.

A propos des "frères de Jésus" :

Dès les premiers siècles la tradition de l'Eglise affirme la conception virginale, comme l'atteste Ignace d'Antioche. Quant à la virginité perpétuelle de Marie elle se heurte aux épisodes de l'évangile qui parlent des "frères de Jésus". Si, en grec, il y a deux mots pour désigner le frère (adelphos) et le cousin (anepsios) il n'en est pas de même en araméen ou en hébreu. Là, ce sont les mots "frère" et "soeur" qui désignent la parenté proche. Il y a d'ailleurs un épisode de l'évangile de Jean qui est un "signe" très fort que Jésus était l'unique enfant de Marie (Jn 19,25-27). Marie est seule au pied de la croix de Jésus et ce dernier la confie à l'apôtre Jean. Si Marie avait eu d'autres enfants, n'est-ce pas normalement à eux qu'il aurait confié sa mère? Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la virginité de Marie pour en prouver la beauté et la réalité.

________________

Jeanine Hourcade