La Nativité du Seigneur

La fête de Noël célèbre l'événement de la naissance de Jésus, Fils de Dieu, né de la Vierge Marie. Il est né à Bethléem en Judée, et ses premières visites furent celles de simples bergers qui trouvèrent Marie, Joseph et l'enfant couché dans une mangeoire. Cet évènement nous sauve. Il nous unit à Dieu, il nous révèle Dieu, il nous libère.

L'ange donne aux bergers un signe, les bergers vont voir le signe et ils voient Marie, Joseph et le nouveau né couché dans la mangeoire : autrement dit, la Vierge Marie fait partie du grand signe de Noël.

La première fête de Noël en Occident.

Au 4e siècle, par l’édit de Milan, l’empereur Constantin a fait cesser les persécutions et a donné la liberté de culte aux chrétiens qui ont alors construit des basiliques.
La liturgie s’est donc développée. La première fête de Noël est apparue en réponse à la crise arienne et à partir du concile de Nicée.

Noël, le 25 décembre

Les spécialistes ne sont pas unanimes sur le motif de la date du 25 décembre.

Soit, Jésus célébré comme soleil de justice remplaçait une célébration païenne.

Soit on célébrait Jésus 9 mois après sa conception, c’est à dire 9 mois après le 25 mars, jour parfait. La fête de Noël est liée à la fête du 25 mars, fête de l’Annonciation et de l’Incarnation. Ce jour était connu avant l’institution de la fête de Noël mais la fête fut instituée après.

La fête de Noël engendre un cycle liturgique

La célébration de la fête de Noël a pour première conséquence le développement des homélies et la contemplation du mystère de Marie.

L’institution de la fête de Noël à Rome entraîne aussi le développement de l’Avent, avec les lectures de l'Annonciation et de la Visitation, et l’institution de la fête du 1° janvier, 8 jour après Noël, fête de la circoncision de Jésus et de la maternité divine de Marie.

La fête de Noël engendre ainsi un cycle liturgique, elle se prépare par l’Avent (avec les hymnes, les lectures, la relecture de l’Ancien Testament) et elle se prolonge dans l’Octave de Noël avec la fête de la Mère de Dieu.

Le sens de cet évènement est immense

Le temps de l'Avent est un temps liturgique qui prépare à la riche signification de Noël, en particulier par ses oraisons.

Le jour de la fête de la Nativité, cette riche signification continue d'être mise en valeur par des antiennes (petits chants traditionnels), des oraisons (courtes prières pendant la messe).

Il est intéressant de voir que les prières d'aujourd'hui s'inspirent des prières des premiers siècles : le sens de cet évènement nous a été transmis de génération en génération.

Le sens de cet évènement se médite aussi dans des homélies, notamment certaines homélies qui ont traversé les siècles, nous découvrons alors qu'il s'agit de la naissance de Jésus mais aussi de notre propre naissance (homélie de saint Léon le grand ), ou qu'il s'agit des noces de Dieu et de l'humanité (homélie de saint Augustin...)

________________

Cf. Ignazio CALABUIG, Il culto di Maria in occidente, In Pontificio Istituto Liturgico sant’Anselmo. Scientia Liturgica, sotto la direzione di A.J. CHUPUNGCO, vol V, Piemme 1998. p. 277-279.