Media ( Icone de Marie)

Saint Jean Damascène explique quelles sont les vertus morales que Marie aime.

Ces vertus attirent en nos cœurs Marie et le Christ : « Elle est vierge; et amie de la virginité ; elle est chaste et amie de la chasteté. Si donc avec le corps nous purifions la mémoire, nous obtiendrons sa grâce qui viendra habiter chez nous. Elle évite toute souillure et se détourne de la fange des passions. Elle exècre l'intempérance [...] Elle déteste l'enflure de l'orgueil ; elle n'admet pas l'inhumanité ni les querelles. Elle repousse la vaine gloire qui se fatigue pour le néant. Elle s'oppose en adversaire au faste de la superbe. Elle déteste le souvenir des injures, cet ennemi du salut. Tous les vices, elle est les tient pour poisons mortels, elle prend sa joie dans leurs contraires. Car les contraires se guérissent par les contraires.

Le jeûne, la maîtrise de soi, les chants des psaumes lui sont agréables. Avec la pureté, la virginité, la sagesse, elle se plait, entretient avec elles une paix, éternelle, les embrasse avec amour. Elle accueille la paix et l'esprit de douceur, elle reçoit dans ses bras comme ses, enfants, la charité, la pitié, l'humilité. Et pour tout dire en un mot, attristée et irritée par tout vice, elle se réjouit de toute vertu comme de sa grâce propre.

Si donc nous évitons avec courage nos vices passés ; si nous aimons de toute notre ardeur les vertus et que nous les prenions pour compagnes, elle multipliera ses visites auprès de ses propres serviteurs, avec, à sa suite, l'ensemble de tous les biens ; et elle prendra avec elle le Christ : son Fils Roi et Seigneur universel, qui habitera en nos cœurs. A Lui gloire, honneur, force, majesté et magnificence, avec le Père sans principe et le Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen. »


Jean Damascène,

Homélie sur la nativité et l'Assomption,

Source chrétienne n° 80, Paris, Cerf, 1961, p. 175-177

Homilia in Dormitionem II. 19, 762D