Anglicans-catholiques : intercession et médiation de Marie

Anglicans-catholiques : intercession et médiation de Marie

Le 2 février 2004, la Commission internationale anglicane - catholique romaine (ARCIC) a présenté un document commun « Marie : grâce et espérance dans le Christ. ». Voici ce qui est dit de la prière. Nous donnons ici le long passage qui concerne le culte marial et s'achève par ces mots : « Les obstacles du passé ayant été écartés par la clarification de la doctrine, par la réforme liturgique et les normes pratiques pour son application, nous croyons qu'il ne persiste plus de raison théologique de division ecclésiale en ces matières. » (§ 75)

Intercession et médiation dans la communion des saints

[Arrière plan historique des demandes adressées à Marie]

67. La coutume des croyants de demander à Marie d'intercéder pour eux auprès de son Fils s'est rapidement développée après qu'elle fut déclarée Theotókos au concile d'Éphèse.

La forme aujourd'hui la plus commune de cette intercession est le « Je vous salue Marie ».

Cette formule noue ensemble les salutations à Marie de Gabriel et d'Élisabeth (Luc 1, 28. 42). Elle était largement en usage à partir du cinquième siècle, sans la partie finale « priez pour nous pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort », ajoutée la première fois au quinzième siècle et introduite dans le bréviaire romain par Pie V en 1568.

Les réformateurs anglais ont critiqué cette invocation et les formes de prières semblables, car ils croyaient qu'elles mettaient en péril l'unique médiation de Jésus-Christ. Confrontés à une dévotion exagérée, en défensive contre une exaltation excessive du rôle et du pouvoir de Marie à côté de ceux du Christ, ils ont rejeté « la doctrine romaine ... de l'invocation des saints » comme n'étant « fondée sur aucune garantie de l'Écriture, mais plutôt contraire à la Parole de Dieu » (Article XXII).

Le concile de Trente a affirmé que chercher l'assistance des saints pour obtenir la faveur de Dieu est « bon et utile » : de telles demandes sont faites « par son Fils notre Seigneur Jésus Christ, qui seul est notre Rédempteur et Sauveur » (DS 1821).

Le deuxième concile du Vatican a avalisé la pratique ininterrompue des croyants qui demandent à Marie de prier pour eux, en soulignant que « le rôle maternel de Marie à l'égard des hommes n'offusque et ne diminue en rien l'unique médiation du Christ : il en manifeste au contraire la vertu » (Lumen gentium 60). Aussi l'Église catholique romaine continue-t-elle de promouvoir la dévotion à Marie, tout en réprouvant ceux qui soit exagèrent soit minimisent le rôle de Marie (Marialis cultus 31).

Ayant cet arrière-plan à l'esprit, nous cherchons une manière théologiquement fondée de nous rejoindre plus étroitement dans la vie de prière en communion avec le Christ et ses saints.

[Les clarifications]

68. L'Écriture enseigne qu'« il n'y a qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme : le Christ Jésus, qui s'est donné en rançon pour tous » (1 Timothée 2, 5-6). Comme on l'a noté précédemment, sur la base de cet enseignement « nous rejetons toute interprétation du rôle de Marie qui obscurcit cette affirmation » (Autorité II 30).

Cependant, il est vrai également que tous les ministères de l'Église, spécialement ceux de la Parole et des sacrements, sont médiateurs de la grâce de Dieu par l'intermédiaire d'êtres humains.

Ces ministères n'entrent pas en concurrence avec l'unique médiation du Christ, ils la servent plutôt et ont leur source en elle. En particulier, la prière de l'Église n'intervient pas à côté ou à la place de l'intercession du Christ, mais elle est faite par lui, notre défenseur et médiateur (cf. Romains 8, 34; Hébreux 7, 25; 12, 24; 1 Jean 2, 1).

Elle trouve à la fois sa possibilité et sa pratique dans et par l'Esprit Saint, l'autre défenseur envoyé conformément à la promesse du Christ (cf. Jean 14, 16-17). Par conséquent, demander à nos frères et sœurs, sur terre et au ciel, de prier pour nous, n'est pas contester l'unique médiation du Christ mais c'est plutôt un moyen grâce auquel, par et dans l'Esprit, celle-ci peut déployer sa puissance.

[Prier dans la communion des saints]

69. Dans notre prière de chrétiens nous adressons nos demandes à Dieu notre Père du ciel dans et par Jésus Christ suivant que l'Esprit Saint nous pousse et nous en donne la capacité. Toutes ces invocations se font dans la communion qui est l'être et le don de Dieu. Dans la vie de prière nous invoquons le nom du Christ en solidarité avec toute l'Église, assistés par la prière de frères et de soeurs de tous les lieux et de tous les temps.

Comme l'ARCIC l'a exprimé précédemment, « le pèlerinage de foi des croyants s'accomplit avec le soutien mutuel de tout le peuple de Dieu. Dans le Christ, tous les croyants, à la fois les vivants et les défunts, sont liés ensemble dans une communion de prière » (Le salut et l'Église [1987] 22). Dans l'expérience de cette communion de prière, les croyants ont conscience de leur compagnonnage continué avec leurs soeurs et frères « qui se sont endormis », « la grande nuée de témoins » qui nous entoure tandis que nous courons la course de la foi. Pour les uns, cette intuition signifie sentir la présence de leurs amis ; pour d'autres elle peut signifier réfléchir aux questions de la vie avec ceux qui les ont précédés dans la foi.

Une telle expérience intuitive affirme notre solidarité dans le Christ et avec les chrétiens de tous les temps et de tous lieux, notamment avec la femme par qui il est devenu « semblable à nous en tous points excepté le péché » (Hébreux 4, 15).

[Se faire aider par la communion des saints]

70. Les Écritures invitent les chrétiens à demander à leur frères et sœurs de prier pour eux dans et par le Christ (cf. Jacques 5, 13-15). Ceux qui sont maintenant « avec le Christ », libres des entraves du péché, partagent la prière et la louange ininterrompues qui caractérise la vie au ciel (par ex. Apocalypse 5, 9-14 ; 7, 9-12 ; 8, 3-4).

A la lumière de ces témoignages, beaucoup de chrétiens ont trouvé que l'on peut légitimement et effectivement demander l'aide de leur prière à des membres de la communion des saints qui se distinguent par la sainteté de leur vie (Jacques 5, 16-18).

C'est en ce sens que nous affirmons que demander aux saints de prier pour nous n'est pas à exclure comme non scripturaire, bien que l'Écriture n'enseigne pas directement qu'il s'agit là d'un élément requis par la vie en Christ.

De plus, nous sommes d'accord que la manière dont cette aide est recherchée ne doit pas obscurcir l'accès direct des croyants à Dieu notre Père des cieux, qui se plaît à donner de bonnes choses à ses enfants (Matthieu 7, 11). Quand, dans l'Esprit et par le Christ, les croyants adressent leurs prières à Dieu, ils sont assistés par la prière d'autres croyants, spécialement de ceux qui vivent vraiment dans le Christ et sont libérés du péché. Nous notons que les formes liturgiques de la prière sont adressées à Dieu : elles n'adressent pas de prières « aux » saints mais leur demandent plutôt de « prier pour nous ». Cependant, dans ces cas et dans d'autres, il faut rejeter, comme n'étant pas en consonance avec l'Écriture et les traditions anciennes communes, toute idée d'une invocation qui brouillerait l'économie trinitaire de la grâce et de l'espérance.

Le ministère caractéristique de Marie

71. Parmi tous les saints, Marie prend sa place comme Theotókos : vivante dans le Christ, elle demeure avec celui qu'elle a enfanté, toujours « comblée de grâce » dans la communion de grâce et d'espérance, le modèle de l'humanité rachetée, une icône de l'Église.

En conséquence, l'on croit qu'elle exerce, par sa prière agissante, un ministère spécifique d'aide aux autres. Lisant le récit de Cana, beaucoup de chrétiens continuent d'entendre Marie leur enseignant : « Quoi qu'il vous dise, faites-le », et ils sont persuadés qu'elle attire l'attention de son Fils sur leurs besoins : « ils n'ont pas de vin » (Jean 2, 1-12).

Beaucoup éprouvent un sentiment d'empathie et de solidarité avec Marie, spécialement à des moments clés où le récit de sa vie fait écho aux moments qu'ils vivent, par exemple l'acceptation de la vocation, le scandale de sa grossesse, l'environnement improvisé dans lequel elle a accouché, l'enfantement et la fuite comme une réfugiée. Les tableaux de Marie debout au pied de la croix et le tableau traditionnel de Marie qui reçoit le corps de Jésus (la Pietà) évoquent les souffrances particulières d'une mère à la mort de son enfant.

Les anglicans comme les catholiques romains sont attirés vers la mère du Christ comme une figure de tendresse et de compassion.

72. Le rôle maternel de Marie, affirmé d'abord dans les récits que l'évangile fait de sa relation à Jésus, a été développé de manières variées. Les croyants chrétiens reconnaissent que Marie est la Mère de Dieu incarné.

Lorsqu'ils méditent la parole de notre Sauveur mourant au disciple bien-aimé, « Voici ta mère » (Jean 19, 27), ils peuvent entendre une invitation à chérir Marie comme « mère des croyants » : elle prendra soin d'eux comme elle a pris soin de son Fils à l'heure où il a rencontré la difficulté.

Entendant appeler Ève « la mère de tous les vivants » (Genèse 3, 20), ils peuvent aller jusqu'à considérer Marie comme mère de la nouvelle humanité, agissant dans son ministère qui est d'orienter tout le monde vers le Christ, cherchant le bien-être de tous les vivants.

Nous sommes d'accord que, tout en gardant la prudence requise dans l'emploi de telles images, il est séant de les appliquer à Marie comme une façon d'honorer sa relation particulière à son Fils et l'efficacité en elle de son oeuvre de rédemption

[La dévotion des peuples et les apparitions]

73. Beaucoup de chrétiens pensent que donner une expression de dévotion à leur façon d'apprécier le ministère de Marie enrichit leur culte de Dieu.

Une dévotion populaire authentique à Marie, qui de par sa nature déploie une grande diversité individuelle, régionale et culturelle, doit être respectée.

Les foules qui se rassemblent en certains lieux dont l'on croit que Marie y est apparue suggèrent que les apparitions sont une part importante de cette dévotion et procurent du réconfort spirituel. Il faut là un discernement prudent dans l'évaluation de la valeur spirituelle des apparitions alléguées. La chose a été souligné dans un commentaire catholique romain récent.

« La révélation privée ... peut être une aide valable pour comprendre et mieux vivre l'Évangile à un moment particulier; c'est pourquoi elle ne doit pas être négligée. Elle est une aide qui est offerte, mais dont il n'est nullement obligatoire de faire usage ... Le critère pour la vérité et pour la valeur d'une révélation privée est donc son orientation vers le Christ lui-même. Quand elle nous éloigne de lui, quand elle se rend indépendante ou même quand elle se fait passer pour un dessein de salut autre et meilleur, plus important que l'Évangile, elle ne vient certainement pas de l'Esprit Saint »

(Congrégation pour la doctrine de la foi, Commentaire théologique sur le message de Fatima, 26 juin 2000).

Nous sommes d'accord que, à l'intérieur des contraintes posées dans cet enseignement pour garantir que l'honneur rendu au Christ reste pré-éminent, on peut accepter une telle dévotion privée mais sans jamais l'exiger des croyants.

[Le Magnificat]

74. Quand Marie a été reconnue pour la première fois comme mère du Seigneur par Élisabeth, elle a répondu en louant Dieu et proclamant sa justice pour les pauvres dans son Magnificat (Luc 1, 46-55).

Dans la réponse de Marie nous pouvons voir une attitude de pauvreté envers Dieu qui reflète l'engagement et la préférence de Dieu pour les pauvres. Dans son impuissance elle est exaltée par la faveur de Dieu.

Bien que son témoignage d'obéissance et d'acceptation de la volonté de Dieu fut quelquefois utilisé pour encourager la passivité et imposer la servitude aux femmes, l'interprétation juste est de le voir comme un engagement radical envers Dieu qui a pitié de sa servante, relève les humbles et abaisse les puissants.

Des questions sur la justice pour les femmes et sur l'émancipation des opprimés sont nées de la méditation quotidienne du chant remarquable de Marie. Inspirées par les paroles de Marie, des communautés de femmes et d'hommes dans différentes cultures se sont engagées dans un travail avec les pauvres et les exclus.

C'est seulement quand la joie s'unit à la justice et à la paix que nous participons de façon authentique à l'économie de l'espérance et de la grâce que Marie proclame et incarne.

[Affirmant ensemble...]

75. Affirmant ensemble sans ambiguïté l'unique médiation du Christ, qui porte du fruit dans la vie de l'Église, nous ne considérons pas l'usage de demander à Marie et aux saints de prier pour nous comme un facteur de division de la communion.

Les obstacles du passé ayant été écartés par la clarification de la doctrine, par la réforme liturgique et les normes pratiques pour son application, nous croyons qu'il ne persiste plus de raison théologique de division ecclésiale en ces matières.



Commission internationale anglicane - catholique romaine (ARCIC),

« Marie : grâce et espérance dans le Christ », 2 février 2004, § 67-75.