11 février : Notre Dame de Lourdes (facultative)

11 février, Notre Dame de Lourdes (mémoire facultative)

Historique de la fête

En 1890, cette fête, désignée sous le titre de « fête de l’apparition de la Bienheureuse Vierge Marie immaculée », a été concédée au diocèse de Tarbes (France).

En 1907, à la veille du cinquantième anniversaire des apparitions, elle a été inscrite au calendrier liturgique par Pie X. Il s’agit d’une « mémoire facultative ».

Facultative, la fête a cependant été régulièrement honorée par les papes.

Par exemple :

- Le 11 février 1984, Jean Paul II publia la lettre apostolique sur le sens chrétien de la souffrance, « Salvifici doloris ».
- Le 11 février 1985, Jean Paul II créa le Conseil pontifical pour la pastorale des services de santé.
- Le 11 février devient « La journée Mondiale du Malade », par une décision de Jean Paul, le 13 mai 1992.

Le martyrologe de 2004*, modifie le titre de la fête qui devient « Beatae Mariae Virginis de Lourdes » (Bienheureuse Vierge Marie de Lourdes).

Il fait une brève présentation de ce qui est célébré, en plaçant la vérité dogmatique avant l'événement de l'apparition : « La Bienheureuse Vierge Marie de Lourdes, quatre ans après la proclamation du dogme de l'Immaculée conception... ». Cette manière d'écrire veut subordonner les événements de Lourdes à l'histoire du salut. L'apparition de Lourdes manifeste, rend présente, rend visible un aspect du mystère de la foi.

"Beatae Mariae Virginis de Lourdes, quam anno quarto a proclamata Immaculata beatae Virginis conceptione, in montibus Pyrenaeis ad Gabari Pelnsis ripam prope oppidum Lourdes, humilis puella sancta Maria Bernarda Soubirous in rupis Massabielle sinu saepius conspexerat. Quare turbae chrisifidelium innumerae illuc devote concurrunt." (Martyrologium 2004)

La liturgie ne célèbre pas une apparition, même si l'on vénère Marie ou si l'on fait mémoire d'un(e) saint(e), c'est toujours le salut qui est célébré.

Bernadette et les foules qui viennent prier sont mentionnées ensuite et sobrement, l'apparition est une grâce qui tire du Christ son efficacité.

Explication de la liturgie de la fête

Les lectures liturgiques proposées sont :

Isaïe 16, 10-14

Evangile de Jn 2, 1-11 (Les noces de Cana).

Et voici la prière (collecte) de ce jour :

« Seigneur toi qui aimes les hommes, viens au secours de notre faiblesse quand nous célébrons la Mère de Dieu, la Vierge immaculée : fais que par son intercession nous soyons guéris de nos péchés. Par Jésus-Christ. »


*Cf. Silvano Maggiani, Le memorie liturgiche delle mariofanie, in Apparitiones beatae Mariae Virginis in Historia, Fide, theologia. Actes du congrès de la PAMI, Lourdes, 2008 (PAMI, Città del Vaticano, 2010), tome I, pp. 377-407


Synthèse Françoise Breynaert