16 juillet : Notre Dame du Mont Carmel

16 juillet, Notre Dame du mont Carmel

Cette fête a été instaurée par les Carmes vers 1380, en mémoire de la fin des oppositions à leur ordre, et de la vision à saint Simon Stock le 16 juillet 1251.

En 1587, le pape Sixte Quint l’a étendue à l’ensemble du Carmel, branches féminine et masculine.

En 1726, Benoît XIII l’étend au calendrier romain (1).

Les apparitions de Lourdes et de Fatima rappellent Notre Dame du Carmel.

Les apparitions de Lourdes se sont conclues le16 juillet 1858, fête de Notre Dame du Mont Carmel. Ce jour là, nous rapporte Bernadette, l'apparition resta dans le silence et se montra plus belle que jamais. Celle qui est la Reine et la beauté du Carmel, la Vierge du silence et de la contemplation, couronnait la série des dix-huit apparitions dans le souvenir de sa présence auprès de l'Ordre du Carmel.

Pareillement, Marie choisit, lors de sa dernière apparition aux pastoureaux de Fatima, le 13 octobre 1917, de se manifester sous l'aspect de Notre Dame du Mont Carmel, c'est à dire de la Vierge au scapulaire.

Lectures liturgiques du 16 juillet, Notre Dame du Carmel :

La première lecture est : Za 2, 14-17.

L'évangile est : Lc 2, 16-21.

Les bergers vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche. Ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant; et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers.

Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son coeur.

Puis les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, suivant ce qui leur avait été annoncé.

Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l'ange avant sa conception.

(Luc 2, 16-21)

Il est intéressant de relier l'expérience des grands saints du Carmel avec la Vierge Marie et saint Joseph :

  • Thérèse d'Avila compare l'âme à un château illuminé en son centre par la présence de Dieu. Et saint Joseph est, dit Thérèse d'Avila, le meilleur des maîtres d'oraison.

  • Saint Jean de la Croix explique : Dieu est différent de nous. Celui qui s'approche de Dieu commence par une nuit des sens, une nuit de l'esprit. Il commence par voir sans comprendre comme dirait Isaïe 6. Il faut que les sens et l'esprit s'accoutument à la lumière divine. Nous pourrions ajouter qu'en un sens, Joseph et Marie ont vécu une telle nuit de la foi, que ce soit pendant la vie cachée à Nazareth ou pendant l'épisode de Jésus perdu et retrouvé au temple.

  • Pour Thérèse de Lisieux, Dieu s'incarne dans les cœurs vierges, silencieux de tout ce qui n'est pas lui. Elie avait entendu Dieu dans le silence du mont Horeb. Nous pourrions commenter cela en disant que Joseph rencontre Dieu dans le silence de son cœur vierge. Quant à la Vierge Marie, un chant traditionnel ne dit-il pas : "ô Vierge du silence, donne-nous ta grande paix !"

N.B. Le 16 juillet 1856, donc en la fête du mont Carmel, a eu lieu la dernière apparition de Notre Dame de Lourdes à Bernadette... L'expérience des saints se rejoint...


(1) Patrick Sbalchiero, « Liturgie » dans : René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge, Fayard, Paris 2007.


Françoise Breynaert