La mémoire de Marie le samedi

La mémoire de Marie le samedi

La dédicace du samedi à Marie dans la liturgie a commencé à l'époque carolingienne, avec Alcuin (735-804), maître de Charlemagne (1).

Nous ne connaissons pas la raison pour laquelle Alcuin voulut des intentions mariales pour la liturgie du samedi.

Durant les siècles suivants, donc à posteriori, théologiens et liturgistes offriront jusqu'à sept raisons.

Nous présentons ici les sept raisons présentées au XIII° siècle par HUMBERTUS DE ROMANIS, maître général des moines prêcheurs (dominicains) (2) :

  • 1. - Le samedi est le jour béni par Dieu plus que les autres jours, Dieu bénit le septième jour (cf.Gn 2, 3) et Marie est la "bénie entre les femmes" (Lc 1,42).

  • 2. - Le samedi est le jour sanctifié par Dieu et Marie également est la "pleine de grâce" (Lc 1,28), il est donc juste de dédier le jour saint à la Toute . Ou encore, le samedi est le jour où Dieu a parachevé l’œuvre de la nature, et en Marie, Dieu a parachevé l’œuvre de la grâce.

  • 3. - Le samedi est le jour où Dieu, après l’œuvre de la création, se reposa (cfr. Gn 2,2) mais le vrai "repos" de Dieu est Marie, à qui la liturgie applique Sir 24, 8: "Celui qui me créa reposa dans ma tente" parce que Dieu se repose dans une âme qui le contente, Marie. La Bible dit aussi que Dieu s'est reposé dans son tabernacle (Ps 18,6). Humbert dit : "le samedi et la Vierge sont donc associés : le samedi est le jour et Marie est l'endroit où Dieu se repose."

  • 4. – De même que le samedi est la porte qui introduit le dimanche, Marie a été la porte par laquelle le Christ est entré dans le monde;

  • 5. - De même que le samedi est le jour situé entre le vendredi, douloureux, et le dimanche, joyeux, sans le traverser on ne peut pas passer de la peine à la gloire, Marie est ainsi située entre nous, vivants sur la terre d'exil, et le Christ glorieux déjà dans le ciel. Il y a donc une conscience de la fonction médiatrice de Marie. Humbert dit : “nec de poenis hujus mundi ad gaudia coeli potest aliquis transige, nisi per ipsam Mediatricem mundi.

  • 6. - Le samedi, le Christ languissait dans le sépulcre et les apôtres, incrédules et découragés, s'étaient cachés "par peur des Juifs" (Jn 20,19), la foi de l'Église se concentra, tout entière, en Marie; donc chaque samedi est la mémoire de la Vierge qui croit et qui attend la résurrection du Fils.

  • 7. - La Mère de Jésus elle-même a montré sa préférence pour ce jour, dans l'église de Blacherne à Constantinople. Chaque vendredi soir, sans qu’aucune main humaine n’intervienne, est enlevé le voile qui recouvre l'icône de la Theotokos qui, suspendue en l'air, se laisse voir par les fidèles jusqu'à la neuvième heure du samedi où sans intervention humaine l’icône est de nouveau recouverte et reportée à sa place habituelle. Bien que l’Occident soit séparé par l'Orient, Humbert évoque ce miracle.


(1) Supplement d'Alcuin : PL 101, 455-456

(2) In Quare b.Virgini sabbatum dicatur : De vita regulari, II, pp. 72-75


Ignazio Calabuig

Extrait de : Ignazio CALABUIG, Il culto di Maria in occidente, In Pontificio Istituto Liturgico sant’Anselmo. Scientia Liturgica, sotto la direzione di A.J. CHUPUNGCO, vol V, Piemme 1998. p. 342