Dans les temps modernes

Dans les temps modernes (1492-1900)

La découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492 marque le début des temps modernes, période de l'Histoire qui s'étend jusqu'au XXIe siècle actuel.

 

Parmi les grands témoins de la foi, saint Ignace de Loyola ouvre ces temps nouveaux ; il fonde l'ordre des Jésuites et très vite l'un de ses premiers fils spirituels, saint François-Xavier part évangéliser les Indes et le Japon : on est au début du XVIe siècle (celui de la Réformation protestante). Un siècle qui est aussi celui des célèbres mystiques saint Jean de la Croix et Thérèse d'Avila ; le siècle encore de cet autre Jésuite, saint Robert Bellarmin dont les Controverses ont réfuté point par point les arguments de la Réforme protestante, siècle de saint François de Sales l'auteur de "l'Introduction à la vie dévote" et co-fondateur avec Jeanne de Chantal, de l'ordre marial de la Visitation.

 

Le XVIIe siècle offre à l'Eglise saint Jean Eudes, fondateur de la "Compagnie de Jésus et Marie", Véronique Giuliani, saint Joseph de Cupertino, saint Louis-Marie Grignion de Montfort, l'auteur du "Traité de la vraie dévotion à Marie"...

 

Quant au XVIIIe siècle, un très grand nom l'illustre dans le domaine de la théologie mariale, celui de saint Alphonse de Liguori, Docteur et auteur du "best-seller" de l'époque : "Les gloires de Marie".

 

Avec le XIX siècle, commence un temps de renouveau spirituel

 

Avec saint Séraphim de Sarov, ermite et théologien de l'Esprit Saint dans l'Orthodoxie, et saint Jean-Marie Vianney (Curé d'Ars nommé saint Patron des prêtres du monde entier) on entre dans le XIXe siècle, un siècle qui voit un grand renouveau de sainteté, en France en particulier après les temps de persécutions sanglantes de la Révolution (1789-1794). Parmi les grands témoins de la foi de l'époque un converti de l'Anglicanisme, le cardinal J.-H. Newman ; l'apologète Auguste Nicolas, précurseur de la mariologie moderne ; saint Jean Bosco ; Marie Lataste, mystique ; Bernadette Soubirous qui voit la Vierge à Lourdes ; Thérèse de l'Enfant Jésus, Docteur de l'Eglise...

 

Saint Padre Pio, saint Maximilien Kolbe, Faustine Kowalska, la bienheureuse mère Teresa... sont autant de géants de la sainteté au XXe siècle. Universellement connus dès leur vivant, ils ont été très vite portés sur les autels dès après leur mort. Mais le XXe siècle restera d'abord, dans l'histoire de l'Eglise, comme celui qui lui a donné le plus grand nombre de ses martyrs... Outre les milliers de prêtres et de religieuses tels Edith Stein (juive convertie et carmélite), supprimés dans les camps de la mort nazis, outre les innombrables confesseurs de la foi victimes des persécutions de Staline, notons aussi les prêtres assassinés pendant la Guerre Civile en Espagne et dans les diverses guerres civiles de l'Amerique Latine, les martyrs de l'Ouganda, ceux, nombreux, en Chine et au Vietnam tout au long de ce siècle de violence. Sans oublier, dans les toutes dernières années du XXè siècle, les 7 moines martyrs de Thibérine, autour du père Christian de Chergé en Algérie.

__________________