St Charbel Makhlouf (1828-1898)

Saint Charbel Makhlouf (1828-1898)

Fête : 3ème dimanche de juillet

"Le milieu chrétien de son enfance a enraciné dans la foi le jeune Youssef - c'était son nom de baptême -, et l'a préparé à sa vocation: famille de paysans modestes, travailleurs, unis; animés d'une foi robuste, familiers de la prière liturgique du village et de la dévotion à Marie; oncles voués à la vie érémitique, et surtout mère admirable, pieuse et mortifiée jusqu'au jeûne continuel.

Ecoutez les paroles que l'on rapporte d'elle après la séparation de son fils: «Si tu ne devais pas être un bon religieux, je te dirais: Reviens à la maison. Mais je sais maintenant que le Seigneur te veut à son service. Et dans ma douleur d'être séparée de toi, je lui dis, résignée: Qu'il te bénisse, mon enfant, et fasse de toi un saint»[1].

Les vertus du foyer et l'exemple des parents constituent toujours un milieu privilégié pour l'éclosion des vocations.

Mais la vocation comporte toujours aussi une décision très personnelle du candidat, où l'appel irrésistible de la grâce compose avec sa volonté tenace de devenir un saint: «Quitte tout, viens! Suis-moi!» (Cf. Marc. 10, 32). A vingt-trois ans, notre futur saint quitte en effet son village de Gégà-Kafra et sa famille pour ne plus jamais y revenir.

Alors, pour le novice devenu Frère Charbel, commence une formation monastique rigoureuse, selon la règle de l'ordre libanais maronite de Saint Antoine, au monastère de Notre-Dame de Mayfouk, puis à celui plus retiré de Saint-Maron d'Annaya, après sa profession solennelle, il suit des études théologiques à Saint-Cyprien de Kfifane, reçoit l'ordination sacerdotale en 1859; il mènera ensuite seize ans de vie communautaire parmi les moines d'Annaya et vingt-trois ans de vie complètement solitaire dans l'ermitage des Saints Pierre et Paul dépendant d'Annaya. C'est là qu'il remet son âme à Dieu la veille de Noël 1898, à soixante-dix ans.

Que représente donc une telle vie?

La pratique assidue, poussée à l'extrême, des trois vœux de religion, vécus dans le silence et le dépouillement monastiques:

- d'abord la plus stricte pauvreté pour ce qui est du logement, du vêtement, de l'unique et frugal repas journalier, des durs travaux manuels dans le rude climat de la montagne;

- une chasteté qu'il entoure d'une intransigeance légendaire;

- enfin et surtout une obéissance totale à ses Supérieurs et même à ses confrères, au règlement des ermites aussi, traduisant sa soumission complète à Dieu.

Mais la clé de cette vie en apparence étrange est la recherche de la sainteté, c'est-à-dire la conformité la plus parfaite au Christ humble et pauvre, le colloque quasi ininterrompu avec le Seigneur, la participation personnelle au sacrifice du Christ par une célébration fervente de la messe et par sa pénitence rigoureuse jointe à l'intercession pour les pécheurs. [...]

Certes, l'équilibre humain n'est pas à mépriser, et de toute façon les Supérieurs, l'Eglise doivent veiller à la prudence et à l'authenticité de telles expériences. Mais prudence et équilibre humains ne sont pas des notions statiques, limitées aux éléments psychologiques les plus courants ou aux seules ressources humaines. [...]

Et de fait, qui n'admirerait, chez Charbel Makhlouf, les aspects positifs que l'austérité, la mortification, l'obéissance, la chasteté, la solitude ont rendus possibles à un degré rarement atteint ?

Pensez à sa liberté souveraine devant les difficultés ou les passions de toutes sortes, à la qualité de sa vie intérieure, à l'élévation de sa prière, à son esprit d'adoration manifesté au cœur de la nature et surtout en présence du Saint-Sacrement, à sa tendresse filiale pour la Vierge, et à toutes ces merveilles promises dans les béatitudes et réalisées à la lettre chez notre saint: douceur, humilité, miséricorde, paix, joie, participation, dès cette vie, à la puissance de guérison et de conversion du Christ.

Bref l'austérité, chez lui, l'a mis sur le chemin de la sérénité parfaite, du vrai bonheur; elle a laissé toute grande la place à l'Esprit Saint.

Et d'ailleurs, chose impressionnante, le peuple de Dieu ne s'y est pas trompé. Dès le vivant de Charbel Makhlouf, sa sainteté rayonnait, ses compatriotes, chrétiens ou non, le vénéraient, accouraient à lui comme au médecin des âmes et des corps. Et depuis sa mort, la lumière a brillé plus encore au-dessus de son tombeau: combien de personnes, en quête de progrès spirituel, ou éloignées de Dieu, ou en proie à la détresse, continuent à être fascinées par cet homme de Dieu, en le priant avec ferveur, alors que tant d'autres, soi-disant apôtres, n'ont laissé aucun sillage, comme ceux dont parle l'Ecriture.

Bénissons le Seigneur de nous avoir donné saint Charbel Makhlouf, pour raviver les forces de son Eglise, par son exemple et sa prière."


[1] P. PAUL DAHER, Charbel, un homme ivre de Dieu, Monastère S. Maron d'Annaya, Jbail Liban, 1965, p. 63

Paul VI,

Extrait de l'homélie de la canonisation de saint Charbel, Dimanche, 9 octobre 1977