Ste Rafqa (1832-1914)

Sainte Rafqa (1832-1914)

Elle est née à Himlaya (1832 - 1859), et fut baptisée sous le nom de Boutrossieh (Pierrette). Elle perdit sa mère à l'âge de 10 ans et travailla dans une famille de Damas entre l'âge de 10 et 14 ans, avant de revenir chez elle.

A l'âge de 27 ans, elle entre dans la congrégation des servantes de Marie et elle se dévoue à l'enseignement et au catéchisme. Elle est aimée pour ses vertus et sa douceur.

En 1871, alors que sa congrégation connaît une grave crise spirituelle et matérielle, Rafqa décide d'entrer dans l'Ordre Libanais Maronite où elle prend le nom de Rafqa.

Au monastère Mar Sémaan (Saint Simon) El Qarn, Aïta (ou Aïto). Le climat est rude. Rafqa, comme beaucoup d'autres religieuses, devient malade, le nerf de son œil droit est atteint. Rafqa refuse l'anesthésie durant l'opération au cours de laquelle le médecin lui arracha accidentellement l'œil droit. Rafqa au lieu de se plaindre lui dit:

"Pour la Passion du Christ. Que Dieu garde tes mains et te donne récompense".

L'Ordre Libanais Maronite décide de fonder le monastère de Saint Joseph al Dahr à Jrabta - Batroun en 1897 où le climat est moins rude. Six moniales y furent transférées. Parmi elles, figure Rafqa. Elle souffre d'une tuberculose qui détruit ses articulations.

Son amour du saint Sacrement est incommensurable et la vivifie. Malgré la dislocation des os, le jour de la fête du Saint Sacrement, elle rampe pour aller participer à la Messe !

Rafqa meurt le 23 mars 1914, le visage illuminé et le sourire aux lèvres, en disant « Je donne mon âme à Saint Joseph et Vierge Marie ».

Trois jours après sa mort, son tombeau s'illumina de lumières miraculeuses. De nombreuses personnes vinrent prier, ou emportèrent un peu de terre, et de nombreuses guérisons et miracles se produisirent (encore de nos jours).

Jean Paul II l'a déclarée bienheureuse en 1985 ; en 1999, il l'a montrée en exemple à imiter dans sa dévotion au Saint Sacrement, et en 2001, il l'a canonisée.


Sources :

P.Elias Hanna (O.L.M., Monastère saint Joseph, tombe de Rafqa), Rafqa (1832-1914), l'éducatrice des générations et la patronne des souffrants, Batroun, Liban 2001.

Et http://www.strafqa.org/13fr/fbiog/biog3.htm#domain4

et http://www.rafqa.info/html_fr/presentation/fr.htm

Synthèse F. Breynaert