Ste Thérèse de Lisieux (1873-1897)

Thérèse Martin, en religion soeur Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Face[1], plus connue sous l'appellation Thérèse de Lisieux (Alençon, 2 janvier 1873 - Lisieux, 30 septembre 1897) est une religieuse carmélite.

Entrée au couvent à l'âge de 15 ans, elle est morte de la tuberculose le 30 septembre 1897, à l'âge de 24 ans.

Son existence courageuse, depuis la petite enfance orpheline, jusqu'à sa mort douloureuse, est vécue sous "le manteau virginal de Marie", avec l'humble simplicité de "l'enfant Jésus", et dans la contemplation de la " face" de Jésus crucifié.
Thérèse s'offre pour les criminels, et pour les prêtres...

Sa voie spirituelle, qu'elle décrit dans son journal (publié sous le titre : Histoire d'une âme) est marquée par la confiance et l'amour.

Thérèse aime dire : "dans le coeur de l'Eglise, ma mère, je serai l'amour".

Comme femme consacrée dans la virginité, Thérèse vit profondément avec Marie et dans l'Eglise, dans ce "Cœur brûlant d'Amour" qui est inséparablement celui de Marie et de l'Eglise[1],

ur d'Epouse donné à Jésus seul,

et cœur de Mère donné à Jésus et ouvert à tous les hommes créés et sauvés par Lui.

Elle est canonisée dès 1925,

puis proclamée

patronne secondaire de la France et des missions

et Docteur de l'Église (c'est-à-dire que son enseignement fait autorité).

Elle est fêtée le 1° octobre (mémoire liturgique).



[1] Cf Ms B, 3v; PN 54/18.


N.B. En français, nous citons les textes de Thérèse à partir de l'édition critique: THERESE DE LISIEUX: Oeuvres Complètes (Paris, 1992, ed du Cerf). Nous utilisons les sigles: Ms pour désigner les trois Manuscrits Autobiographiques (A, B, C), LT pour les Lettres, PN pour les Poésies, RP pour les Récréations Pieuses et Pri pour les Prières.


F. Breynaert