Neuvième jour de la neuvaine à saint Antoine de Padoue
07 septembre 2020

Jour 9 : Antoine, le chantre de Marie

Antoine célèbre avec ferveur les louanges de Marie, Mère de Dieu et notre Mère


« Heureuses les entrailles qui t’ont porté et les seins que tu as sucés » (Lc 11,27).
« Que ta voix résonne à mes oreilles, car ta voix est douce (Ct 2, 14).

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Que l’amour de saint Antoine pour Marie, dès son enfance et tout au long de sa vie, nous inspire une dévotion sincère pour celle que Jésus, du haut de la Croix, nous a donnée comme notre Mère.

 

Parcours

Saint Antoine de Padoue commence les louanges de Marie par l’éloge spontané et enthousiaste d’une femme du peuple en faveur de Jésus, qui libère les possédés de l’emprise des esprits mauvais. « Heureuses ! Vraiment heureuses les entrailles qui ont mérité de porter pendant neuf mois le Bien, le souverain Bien, le bonheur des anges et Seigneur de l’univers » (Sermon à la louange de la Bienheureuse Vierge Marie).

Notre saint a consacré sept Sermons à la Vierge Marie, pour célébrer ses louanges et les fêtes de la Nativité, de l’Annonciation, de la Purification et de l’Assomption. Élevé à l’ombre de la cathédrale de Lisbonne dédiée à la Vierge – c’est dans cette église qu’il avait appris, tout enfant, les premiers rudiments du savoir (Rigaldina X, 45) –, il avait ensuite fréquenté avec assiduité la tradition des Pères de l’Église et entretenu une dévotion filiale à la Vierge Marie, dont ses Sermons font écho aux plus beaux titres du Cantique des cantiques :

  • « Que ta voix est douce... » (II, 14)
  • « Tu es belle, mon amie, douce et charmante comme Jérusalem... » (VI, 3)
  • « Que ton amour est délicieux, plus que le vin ! Et l’arôme de tes parfums, plus que tous baumes. Un rayon qui distille le miel, tes lèvres. » (IV, 10-11)
  • « Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras. Car fort comme la mort est l’amour. » (VIII, 6) 
  • « Béni le fruit de ton sein », proclame Élisabeth (Lc I, 42)… « Son fruit et doux à mon palais », répond en écho le Cantique (II, 3). 
  • « Venez, filles de Sion, contemplez le roi Salomon avec le diadème dont sa mère l’a couronné au jour de ses épousailles » (III, 11), dit le Cantique ; « Le Fils a couronné aujourd’hui sa Mère avec le diadème de la gloire céleste, répond Antoine, pour la fête de l’Assomption. »

Il serait superflu de chercher, dans les Sermons de saint Antoine, un exposé systématique de la doctrine mariale du XIIIe siècle. Celle-ci est très présente dans les sept Sermons cités, mais en ordre plus épars dans 32 autres du recueil.

 

Pensées 

Au rythme des fêtes mariales

Marie, astre du matin qui éclaire le monde :

  • « Comme l’étoile du matin annonce l’aurore et chasse les ténèbres de la nuit, au matin de la grâce, Marie a annoncé le soleil de justice à ceux qui demeuraient dans les ténèbres de l’esprit »(Saint Antoine, Nativité de la Vierge Marie).
  • « La Nativité de Marie a illuminé le monde qui vivait dans le brouillard et l’ombre de la mort » (Saint Antoine, Nativité de la Vierge Marie).

Marie, soleil rayonnant et arc de gloire :

  • « La Vierge bienheureuse a été comme un soleil rayonnant dans l’Annonciation de l’Ange, comme un arc-en-ciel brillant dans la Conception du Fils de Dieu » (Saint Antoine, Annonciation de la Vierge).

Marie, encens parfumé aux jours de l’été : 

  • « L’encens est cueilli deux fois par an ; la double cueillette désigne la double offrande du Christ : la première fois, c’est sa Mère qui l’a offert au temple ; la seconde fois, il s’offrit lui-même en sacrifice au  Père, pour la réconciliation du genre humain » (Saint Antoine, Purification de la Vierge Marie).

Marie, vase d’or massif, orné de pierres précieuses : 

  • « La Vierge bienheureuse a été vase par son humilité ; d’or, par la pauvreté ; massif, par la virginité ; orné de pierres précieuses, de toutes les récompenses célestes » (Saint Antoine, Assomption de la Vierge Marie).
  • « Quelle grande faveur et quelle grande dignité ce serait, pour une pauvre femme, écrit saint Bernard, d’avoir un fils avec un Empereur ! Marie, elle, a eu un fils avec Dieu le Père », c’est pourquoi, elle a mérité d’être couronnée dans le Ciel » (Saint Antoine, Assomption de la Vierge Marie).

 

Prières à la Vierge Marie 

Les Sermons en l’honneur de Marie se terminent, comme tous les autres, par une prière qui rappelle les privilèges dont elle a été comblée et qui implore son intercession : 

- À la Mère de Dieu :

« Nous te prions, ô Notre Dame, Sainte Mère de Dieu, afin qu’en cette Nativité de ton Fils, que tu as engendré en restant vierge, que tu as enveloppé de langes et couché dans une crèche, tu nous obtiennes de lui le pardon, que tu guérisses par ta miséricorde la brûlure de nos péchés et que tu nous conduises à la joie de la fête éternelle. Que nous aide Celui qui aujourd’hui a daigné naître de toi, et à qui revient l’honneur et la gloire pour les siècles des siècles. Amen. » (Saint Antoine, Annonciation de Marie)

- Pour la fête de sa Purification :   

« Nous te prions, Mère de Dieu choisie, de nous purifier du sang des péchés, de faire de nous une offrande, par le feu de la contrition, la cire de la confession et la mèche de la satisfaction, afin que nous méritions de parvenir à la lumière et à la gloire de la céleste Jérusalem. Amen. »    (Saint Antoine, Purification de la Vierge Marie)

 

Méditation pour une neuvaine 

Pendant neuf jours, nous avons goûté à l’expérience spirituelle de saint Antoine, partagé son enthousiasme et sa ferveur, mieux compris la valeur de la prière, du silence et de l’amour. Puissions-nous, comme lui, oublier le superflu, nous attacher à l’essentiel et donner le meilleur de nous-mêmes pour soulager, réconforter, conseiller et secourir nos frères blessés par la pauvreté, la maladie et la solitude.

« L’échelle qui nous porte à Dieu est dressée, rappelle saint Antoine. Pourquoi donc ne montez-vous pas ? Pourquoi traînez-vous par terre avec vos mains et vos pieds ? Montez donc, montez, dis-je, pour contempler “combien le Seigneur est bon” (Ps XXXIII, 9), et descendez pour secourir et conseiller, car c’est de cela que le prochain a besoin » (Saint Antoine, Deuxième dimanche de Carême). 

 

Prière à saint Antoine

« Saint Antoine, puisque tu as si bien servi et glorifié sur Terre la Vierge Marie, intercède auprès de son cœur de Mère, pour qu’elle nous donne toujours Jésus, son Fils. Sur son conseil et à ton exemple, que nous soyons généreux pour faire ce qu’il nous dira. »
(Treizaine à saint Antoine – Grottes de Brive/Basilique de Padoue)

 

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria