Marie, nouveau Sinaï où Dieu descend

Marie, nouveau Sinaï où Dieu descend

La Tradition chrétienne possède une série importante de textes où la Vierge est comparée à un mont en général, et certains saluent en Marie le nouveau mont Sinaï.

Romanos le Mélode écrit († 560) :

« … moi, le doux, je suis enfin descendu des cieux, comme la manne, non plus sur le mont Sinaï, mais dans ton sein. » [1 ]

Jacques de Saroug († 521), lui, compare le sein de Marie à l’ombre de l’Esprit Saint au Sinaï recouvert de la nuée.[2 ]

« Quand Moïse annonça au peuple que le Sublime devait descendre, à peine furent-ils purifiés que le Père descendit alors sur la montagne ; ainsi le veilleur (Gabriel) apporta l’annonce à la fidèle (Marie) et, à peine l’eut-elle entendue qu’elle se prépara ; ainsi habita-t-il en elle. » [3 ]


En saint Ephrem († 373), on peut lire:

« Comme la montagne du Sinaï je t’ai reçu, pourtant je n’ai pas été brûlée par ton feu violent, car tu as dissimulé ce feu qui est le tien pour qu’il ne me nuise pas ; et ta flamme n’a pas brûlé, alors que les séraphins ne peuvent regarder. » [4 ]

Il faudrait encore citer André de Crête et d’autres auteurs…

Pourquoi ces auteurs ont-il salué en Marie le nouveau Sinaï ?

Les racines de ce parallèle se trouvent dans la Bible.

Au mont Sinaï, l’Ancienne Alliance fut ratifiée

Les auteurs de ce grand événement furent :

  • Dieu,
  • Moïse,
  • Le peuple.
  • Dieu, par l’intermédiaire de Moïse, parla aux tribus d’Israël en manifestant son projet d’établir avec elles un lien très particulier fondé sur l’accueil de sa Loi.

    Et le peuple instruit par Moïse répondit de façon unanime :

    « Moïse alors monta vers Dieu.

    YHWH l'appela de la montagne et lui dit:

    "Tu parleras ainsi à la maison de Jacob, tu déclareras aux Israélites: Vous avez vu vous-mêmes ce que j'ai fait aux Egyptiens, et comment je vous ai emportés sur des ailes d'aigles et amenés vers moi. Maintenant, si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance, je vous tiendrai pour mon bien propre parmi tous les peuples, car toute la terre est à moi.Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres, une nation . Voilà les paroles que tu diras aux Israélites."

    Moïse alla et convoqua les anciens du peuple et leur exposa tout ce que YHWH lui avait ordonné, et le peuple entier, d'un commun accord, répondit: "Tout ce que YHWH a dit, nous le ferons." Moïse rapporta à YHWH les paroles du peuple. »

    (Exode 19,3-8)

    « Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles de YHWH et toutes les lois, et tout le peuple répondit d'une seule voix ; ils dirent: "Toutes les paroles que YHWH a prononcées, nous les mettrons en pratique." »

    (Exode 24,3)

    A partir de ce jour, Dieu devint l’Epoux d’Israël, et Israël épouse de Dieu. (cf. Ez 16,8)

    A Nazareth aussi, comme déjà au Sinaï...

    Nous avons trois acteurs :

  • Dieu,
  • l’ange,
  • Marie.
  • Dieu, par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, fait connaître à Marie la tâche qu’il allait lui assigner : devenir mère de son Fils divin, en lequel est scellée l’Alliance nouvelle et éternelle entre le ciel et la terre. ( Lc 1,26-38).

    Et Marie, opportunément instruite par l’ange, accueille la proposition divine par ces paroles célèbres :

    "Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole".

    (Lc 1,38)

    A la suite du Fiat de la Vierge, le Fils du Très- Haut s’incarna dans son sein et devint le fils de Marie.

    Le Sinaï et Nazareth se rejoignent

    La montagne majestueuse où commença l’antique alliance cède la place maintenant à l’humble bourgade de Galilée, où est inaugurée l’alliance nouvelle de Dieu, homme parmi les hommes dans le sein d’une femme.

    Le Verbe vient demeurer en elle comme sur une montagne spirituelle ; Il descend de façon pacifique, douce, miséricordieuse.

    A Nazareth, commença l’Alliance nouvelle.

    Pour se rendre plus proche encore de nous, comme notre « allié », Dieu pris notre chair et notre sang, notre visage : en un mot, notre humanité.

    La scène de l’Annonciation (Luc 1,26-38) révèle la façon avec laquelle Dieu demande son consentement pour donner cours à l’Alliance.


    [1 ] Romanos le Mélode, Marie à la croix, strophe 6, Sources Chrétiennes n°128, p. 167

    [2 ] A.Vona C., Omelie mariologiche di s. Giacomo di Sarug, Roma 1953, p. 144 et p. 147 (homelie sur l’Annonciation de la mère de Dieu), p. 212 (Homélie VI sur la nativité de notre Seigneur)

    [3 ] Homélie VI sur la nativité de notre Seigneur traduit du syriaque par A.Vona C., Omelie mariologiche di s. Giacomo di Sarug, Introduzione, traduzione dal siriaco e commento, Roma 1953, p. 209

    [4 ] Hymne à la Vierge n° 18, traduit par du Syriaque par G. Ricciotti, Turin, 1939, p. 92


    A. SERRA

    Cf. Aristide SERRA, La Donna dell’Alleanza, Prefigurazioni di Maria nell’Antico Testamento,

    Messaggero di sant’Antonio – editrice, Padova 2006, p. 26-28 et p. 64

    (www.edizionimessaggero.it)

    N.B. on pourra retrouver ces éléments, en langue française, dans :

    F. Breynaert, A l'écoute de Marie (préface Mgr Rey),

    Brive 2007 (diffusion Mediapaul), tome 1, p. 15s.