Les bénédictions quotidiennes

Le climat dans lequel s'est déroulée l'enfance de Jésus est celui de la spiritualité de l'Ancien Testament.

L'élément essentiel du culte synagogal ou domestique repose sur la bénédiction par laquelle chaque croyant remercie Dieu à chaque instant de sa vie, à chaque geste qu'il accomplit. La bénédiction constitue la trame de toute la prière, car l'essentiel est de bénir.

Les bénédictions s'échelonnent tout au long de la journée

Au réveil, il convient de bénir Dieu pour avoir reçu de lui la conscience de ses pensées et des ses actes.

Quand le croyant ouvre les yeux, il dit : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui ouvres les yeux des aveugles.

Quand il se lève, en s'étirant : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui délivres ceux qui sont liés.

Quand il se met debout : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui élèves ceux qui sont courbés.

Quand il se tient sur le sol : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui as étendu la terre au-dessus des eaux.

Quand il commence à marcher : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui as affermi les pas de l'homme.

En s'habillant : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui vêts ceux qui sont nus.

Quand il met ses sandales : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui as paré à tous nos besoins.

Quand il met sa ceinture : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui as ceint Israël de puissance.

En mettant son couvre-chef : Béni sois-tu, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, toi qui as couronné Israël de gloire.

Le jour du sabbat

Si chaque journée de la semaine s'accompagne de formules religieuses, à plus forte raison en sera-t-il de la journée du sabbat qui est consacrée à la prière et à la méditation : toute vie profane cesse pour vingt-quatre heures, du vendredi soir au samedi soir.

Tout commence au souper du vendredi soir, pour l'ouverture du sabbat.

Le chef de famille, Joseph, dans la famille de Jésus, tient à la main une coupe de vin, symbole de la vie et de la joie, il bénit Dieu pour le don du sabbat et prononce les bénédictions tout au long d'un repas festif :

- Sois loué, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, qui as créé le fruit de la vigne.

- Sois loué, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, qui nous as sanctifiés par tes commandements, qui nous as agréés pour ton peuple, et qui, dans ton amour, nous as donné le saint jour du sabbat en commémoration de la création.

- Sois loué, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, qui as sanctifié le sabbat.

- Sois loué, YHWH notre Dieu, roi de l'univers, qui tires le pain de la terre.

"Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est le Seigneur Un. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de tout ton être, de toute ta force. Les paroles des commandements que je te donne aujourd'hui seront présentes dans ton coeur. Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras quand tu resteras chez toi et quand tu marcheras sur la route, quand tu seras couché et quand tu seras debout, tu en feras un signe attaché à ta main, une marque placée entre tes yeux, tu les inscriras sur les montants de ta porte et à l'entrée de ta ville."

Et avant de s'endormir, chaque juif récite la prière du Shema Israël, puis appelle la bénédiction de Dieu sur le sommeil et demande à Dieu la paix pour le repos nocturne :

"YHWH, notre Dieu, fais que nous nous endormions dans l'apaisement et que nous réveillions pour la vie. Dresse au-dessus de nous ton pavillon de paix. Inspire-nous de hautes pensées et entoure-nous de ta protection. Préserve-nous de la malveillance des hommes. Eloigne de nous les épreuves trop cruelles. Ecarte de nos pas la pierre d'achoppement et abrite-nous sous ta mansuétude. Tu es notre gardien et notre Sauveur, le Dieu tendre et miséricordieux. Dirige nos pensées et nos actes dans le sens de la vie et du bien. Sois loué, Seigneur, toi qui étends sur nous, sur tout ton peuple Israël, sur Jérusalem et sur tous les peuples ta paix tutélaire. Amen".

Majorité religieuse et pèlerinages à Jérusalem

La loi prévoyait trois pèlerinages par an, pour tous les hommes, à partir de douze ans, âge où l'enfant entre dans la vie adulte, après un temps de catéchèse : l'enfant devient Bar Mitzva, un fils de la loi.Ce jour-là, on lui demande de monter à l'ambon et de lire, dans la synagogue, un passage de la Torah. A l'âge de douze ans, Jésus accompagne donc ses parents à Jérusalem. L'évangéliste Luc rapporte ce moment de la vie du jeune Jésus (Lc. 2, 41-52) : après la fête, Jésus reste au Temple, sans que ses parents ne s'en aperçoivent. Quand ils découvrent son absence dans la caravane du retour, ils regagnent Jérusalem et le cherchent pendant trois jours.

C'est dans le Temple qu'au bout de trois jours, Jésus est retrouvé. Il était assis parmi les docteurs, ce qui fait ressortir l'intelligence et la sagesse de l'enfant. Par ses questions et ses réponses, il comprend l'Ecriture, il sait ce que Dieu attend de l'homme. C'est en cela que consiste sa sagesse dont la pénétration fait l'admiration de tous.