Consecration to the Immaculate Heart of Mary: Doctrinal Difficulties and Solutions

La consécration au cœur immaculé de Marie, difficultés doctrinales et solutions

Le langage religieux est un langage d'amour, ce qui ne veut pas dire sans rigueur.

Dans le langage courant, on dit qu'on se consacre à ses études ou à ses enfants, mais on veut alors simplement dire qu'on consacre son temps et son attention.

Ici, quand on parle de consécration, il s'agit de toute notre personne, et c'est pourquoi on ne peut se consacrer qu'au Créateur qui est à la source de notre existence personnelle. Le lien qui nous unit à Marie n'est possible que parce que Marie est « toute relative à Dieu » (Saint Louis-Marie de Montfort, Traité § 225).

Dans le langage religieux, la consécration, c’est notre divinisation. Il n’est donc de consécration qu’à Dieu et par Dieu.

La demande de la Vierge de Fatima, telle qu’elle a été rapportée par Lucie, parle souvent de « consécration au cœur immaculé de Marie ». Certains y voient une difficulté, un risque d’idolâtrie.


A Fatima, Lucie évolue dans son langage, elle varie ses expressions, elle utilise plusieurs mots.

Dans ses récits de 1927, Lucie parle de « dévotion » au cœur Immaculé de Marie, elle ne parle pas encore de « consécration », mot qui apparaît dans ses écrits à partir de 1930 : « la consécration aux saints cœurs de Jésus et de Marie » (le 29 mai 1930)

et « la consécration de la Russie à mon cœur immaculé » (le 13 juin 1930). (1)

(1) Lucie, Mémoires, Fatima, 1963 ; id., Lucie raconte Fatima, éd. par dom C. Jean-Nesmy, Paris et Montsûrs, 1975 ; id., Memorias II, Fatima, 1996

Utiliser le mot « consécration » mais sans l’isoler, et en l’explicitant.

1) La consécration votive. C’est-à-dire confier la Russie et le monde à Marie, avec espoir que son action maternelle près de Dieu et près des hommes stimulera la consécration à Dieu et par Dieu, non sans la libre coopération des cœurs convertis.

2) On peut aussi considérer que Marie ne fait plus qu’un avec Jésus dans la communion parfaite de la gloire. Mais il serait alors normal de l’expliciter en parlant de « consécration aux saints cœurs de Jésus et de Marie ».

3) Les Italiens aiment différencier les termes :

- en référence à Marie : affidamento (entrustment en anglais, acte d’abandon, acte de confiance - en français).

- en référence à Dieu seul : consecrazione (consécration).

Il s’agit de se livrer à Marie pour qu’elle nous conduise à Dieu, seul consécrateur.

4) Saint Louis-Marie de Montfort résolvait le problème en parlant de consécration à Dieu par Marie.

5) Soucieux de la pureté doctrinale, Jean Paul II a utilisé diverses formules.

Il les a référé à la consécration du Christ lui-même : « Je me consacre moi-même » [Jésus le peut en tant que Dieu], « afin qu’ils soient eux aussi consacrés dans la vérité » [consacrés à Dieu et par Dieu]. (Jn 17, 19).

Jean Paul II a utilisé le mot « affidamento » le 8 décembre 1981 (Osservatore Romano 9-10 décembre 1981).

Le 16 octobre 1983, il a utilisé en alternance les mots « consécration » et « acte de confiance » (affidamento), pour que les nuances des ces mots se complètent. Le 24 mars 1984 (fête de l’Annonciation, anticipée à cause du dimanche de carême), il a utilisé des termes analogues.

Pour nous, ces prières, avec leurs différents langages (se donner, se consacrer, se confier) ont la même portée !


Résumé de :

R. LAURENTIN, Comment la Vierge Marie leur a rendu la liberté, ŒIL, Paris, 1991, p. 77-78.

et René LAURENTIN, article « Fatima », dans : René LAURENTIN et Patrick SBALCHIERO, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge. Inventaire des origines à nos jours. Méthodologie, prosopopée, approche interdisciplinaire, Fayard, Paris 2007.

Françoise Breynaert