L’Annonciation selon Photius de Constantinople (821-897)

L’Annonciation, noces de Dieu et du genre humain (Photius †897)

Photius (810-897, patriarche de Constantinople) célèbre la naissance de la Mère de Dieu comme l'évènement qui donne le début chronologique du mystère du salut. Ceci explique que dans le calendrier liturgique byzantin cette fête est célébrée avant toutes les autres.

Mais le mystère qui fonde tous les autres mystères et toutes les fêtes est l'Annonciation qui précède toutes les autres en ordre d'importance et de solennité, car elle célèbre l'Incarnation du Verbe de Dieu en laquelle se réalise déjà l'événement du salut.

En relation au mystère de l'Annonciation, Photius développe l'idée de Marie comme épouse vis-à-vis de Dieu. Voici un exemple:

« C'est avec de bonnes raisons que le genre humain exulte de joie avec de grands cris, parce qu'il reçoit la bonne nouvelle que sa propre fille a été désignée comme épouse pour son Créateur. Non sans raison le genre humain se conduit avec fierté et se réjouit, parce qu'en recevant la nouvelle d'un contrat de mariage avec le Seigneur, il se libère du joug honteux de l'esclavage. » [1]

Ce contrat sponsal n'est donc pas une affaire privée entre Dieu et Marie, mais a des conséquences vitales pour toute l'humanité : la rédemption et le salut.

C'est un mariage dans lequel tout le genre humain est impliqué.

Photius ne dit rien de nouveau parce que depuis toujours les Pères avaient conçu l'Incarnation comme un mariage entre le Verbe de Dieu et l'humanité.


[1] Photius, Homélie II sur l'Annonciation § 2, in Testi Mariani del Primo Millennio, vol. II, p. 836.

L. Gambero

Lire plus sur Photius

JE PARTICIPE !