La Mère du Fils de Dieu (Ga 4, 4-7)

Mère du Fils de Dieu, pour nous diviniser

(a) « Mais quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils,

(b) né d’une femme,

(c) né sujet de la loi.

(d) afin de racheter les sujets de la Loi,

(e) afin de nous conférer l’adoption filiale. Et la preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! Aussi n'es-tu plus esclave mais fils; fils, et donc héritier de par Dieu.»

(Ga 4,4-7)

La structure de l’ensemble établit un rapport entre le premier et le dernier élément : le premier élément (a) parle de l’envoi du Fils de Dieu, et le dernier (e) parle de notre adoption filiale.

Il a fallu l’envoi du Fils de Dieu pour que nous obtenions l’adoption filiale.

Paul prend «Fils de Dieu» au sens fort, car le texte perdrait toute cohérence, si le Fils envoyé pour nous obtenir l’adoption était lui-même un homme en besoin d’adoption.

D’autres indices, on le sait, vont dans le même sens :

- L’expression « son Fils [ton uion utou] est parfaitement déterminée ; elle est au singulier, comporte l’article et un complément qui désigne Dieu ; elle s’applique à une personne réelle qui entre dans l’histoire humaine. Aucun texte de l’Ancien Testament ne parle de fils de Dieu d’une manière aussi déterminée.


- D’autre part, le contexte met immédiatement en parallèle l’envoi du Fils et l’envoi de l’Esprit (4,4.6), indice que l’un comme l’autre viennent d’auprès de Dieu.


- Un passage du contexte antérieur montre que le Fils est objet de révélation divine (Ga1, 16) et indique qu’il s’agit de Jésus-Christ (1,12). Dès le début de l’épître, Paul a affirmé avec force la divinité de Jésus-Christ en l’associant étroitement à Dieu le Père et en l’opposant aux hommes : «Paul, apôtre non de la part des hommes ni par l’intermédiaire d’un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père…» (Ga 1,1 ; cf. 1, 10 et 1,12).

Quand donc Paul précise, dans notre texte, que le Fils de Dieu «naquit d’une femme», il atteste du même coup qu’une femme est devenue la mère humaine du propre Fils de Dieu.


VANHOYE A.

Extraits de : VANHOYE A., La Mère du Fils de Dieu selon Ga 4,4,

in Marianum 40 (1978), pp.237-247., p. 242-243