Les annonces de Marie dans les récits de la Création (Gn 1-3)

De Eve à Marie

« Le rayon de l'histoire que Dieu a fondé parvient jusqu'aux origines, jusqu'à la création.» (1)

L'histoire des Hébreux parvient jusqu'à la création (l'histoire de l'Exode et de la première Alliance se reflète dans le récit de Genèse 2 et 3).

Bien davantage encore, l'œuvre du Christ rédempteur parvient jusqu'à la création, en effet :

Dans le récit de la Passion, l'évangéliste saint Jean utilise un mot clé : "un jardin" - le jardin des Oliviers (Jn 18, 1), et le jardin du tombeau neuf (Jn 19, 41).

« Il est évident que Jean, avec le mot jardin fait allusion au récit du Paradis et du péché originel. Il veut nous dire qu'ici cette histoire est reprise. c'est dans le jardin qu'a eu lieu la trahison, mais le jardin et aussi le lieu de la Résurrection. Dans le jardin, en effet, Jésus a accepté jusqu'au bout la volonté du Père, il l'a faite sienne et ainsi il a renversé l'histoire.» (2)

L'évangéliste saint Jean donne à Marie un titre lour de signification : "Femme".

[Aux noces de Cana.] « Jésus lui dit: "Que me veux-tu, femme? Mon heure n'est pas encore arrivée."» (Jn 2, 4)

[Au calvaire.] « Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d'elle, le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: "Femme, voici ton fils."» (Jn 19, 26)

« L'appellation femme (Jn 2, 4 ; Jn 19, 26) renvoie en même temps au récit de la création où le Créateur présente la femme à Adam. Adam réagit devant cette créature en disant :

« Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair ! Celle-ci sera appelée 'femme'... » (Gn 2, 23).

Saint Paul, dans ses lettres, a présenté Jésus comme le nouvel Adam avec qui l'humanité prend un nouveau départ.

Jean nous dit que "la femme" appartient de nouveau au nouvel Adam, et il nous la présente en la personne de Marie.» (3)

Juste après que Jésus ait désigné sa mère par l'appellation « Femme », l'évangéliste dit que Jésus sait que tout est achevé (Jn 19, 28). Ce qui est "achevé", c'est la lutte contre Satan, selon ce que Jésus avait annoncé (Jn 12, 31-32). Cette lutte avait été annoncée à Eve et avait commencé dès la Genèse, au lendemain de la chute (Gen 3,15).

Dans l'évangile, la typologie Eve-Marie « reste une allusion discrète qui s'explicitera peu à peu dans la foi de l'Eglise. » (4)

Dès les premiers Pères de l'Eglise, les récits de la Genèse sont relus, et les chrétiens y voient :

  • Deux grandes allégories mariales :

- La terre vierge dont est formé Adam,

- L'arbre de vie qui porte le fruit de vie,

  • Eve, typologie de Marie.

  • Une prophétie concernant l'avenir : Gn 3, 15.

... La figure de la Mère du Rédempteur :

"Les livres de l'Ancien Testament décrivent l'histoire du salut et la lente préparation de la venue du Christ au monde. Ces documents primitifs, tels qu'ils sont lus dans l'Église et compris à la lumière de la révélation postérieure et complète, font apparaître progressivement dans une plus parfaite clarté la figure de la femme, Mère du Rédempteur." (5)


(1) Benoît XVI, homélie de la veillée pascale, 23 avril 2011)

(2) Joseph Ratzinger, Benoît XVI, Jésus de Nazareth. De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection.Parole et Silence, Paris 2011, p. 175

(3) Ibid. p. 252-253

(4) Ibid. p. 252-253

(5) Vatican II, Lumen gentium, n. 55


Françoise Breynaert