Lc 1, 54 : Dieu est fidèle à l’Alliance éternelle

Lc 1, 54 : Dieu est fidèle à l’Alliance éternelle

La Vierge Marie entonne le Magnificat juste après l'Incarnation. Elle perçoit l'Incarnation comme l'accomplissement de la promesse faite aux patriarches, autrement dit, comme l'accomplissement de la première Alliance. Reste à savoir si le peuple de cette Alliance accueille un tel messie, mais c'est une autre affaire.

Carlos Payan, pasteur protestant, commente ce verset.

« Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l'avait dit à nos père, en faveur d'Abraham et de sa descendance pour toujours. »

(Lc 1 : 54 :version TOB)

Il y a là, dans cette déclaration de Marie, un point fondamental de notre foi que nous ne pouvons pas ignorer. Essayons de l'expliquer en quelques mots.

Afin que soit rétablie la communion perdue entre lui et les hommes, Dieu a conçu un plan de Salut (de Rédemption) en faveur de toute l'humanité. Il a décidé de réaliser ce plan en s'appuyant sur un peuple particulier. Pour cela, il a choisi non pas un peuple parmi tous les autres peuples, mais d'appeler à l'existence un peuple qui jusque là n'existait pas : le peuple d'Israël, forgé à partir d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Or, avec ces patriarches et leurs descendants, Dieu a fait une Alliance qu'il a lui-même déclarée « éternelle ».

La venue de Jésus au sein du peuple d'Israël n'a pas abrogé cette Alliance. Sur le cours de celle-ci, elle a déterminé un avant Jésus et un « à partir de Jésus » appelé la « Nouvelle Alliance » (Alliance signée par le sang de Jésus). La Nouvelle Alliance est donc une nouvelle phase de l'Alliance éternelle de Dieu avec Israël (cf. Jérémie 31 :31 et Hébreux 8 : 8). Par fidélité à sa parole, Dieu reste en Alliance avec Israël.

Cela étant posé, à un moment donné (cf. Actes 10), l'Evangile est annoncé aux non-Juifs, hommes et femmes de toutes tribus, de toutes nations, de toutes langues. Ceux qui le reçoivent sont ipso facto intégrés dans son Alliance « nouvelle formule » avec Israël.


Carlos Payan, pasteur protestant évangélique.

Extraits de : Carlos Payan, Comme Marie...

Humble, servante, obéissante. Editions Première partie, Paris 2010, p.16-17

JE PARTICIPE !