Zacharie : la continuité avec l’Alliance du Sinaï

Zacharie : la continuité avec l’Alliance du Sinaï

Zacharie entre dans le Temple, dans l'espace sacré, alors que le peuple demeure dehors et prie. C'est l'heure du sacrifice du soir, durant lequel il met l'encens sur le charbon incandescent. Le parfum de l'encens qui monte vers le haut est un symbole de la prière : « Que monte ma prière, en encens devant ta face, les mains que j'élève, en offrande du soir » (Ps 141, 2). L'Apocalypse décrit ainsi la liturgie du Ciel : les quatre Vivants et les vingt quatre Vieillards avaient « chacun une harpe et des coupes d'or pleines de parfums, les prières des saints » (Ap 5, 8). En ce moment où la liturgie céleste et la liturgie terrestre s'unissent, un ange du Seigneur, dont le nom, pour l'instant, n'est pas encore mentionné, apparaît au prêtre Zacharie. Il se tient debout « à droite de l'autel de l'encens » (Lc 1, 11). Erik Peterson décrit la situation : C'était au côté méridional de l'autel. L'ange se tenait entre l'autel et le chandelier à sept branches. Sur le côté gauche de l'autel, le côté septentrional, se trouvait la table avec les pains de l'offrande.

Le lieu est l'heure sont sacrés : la nouvelle avancée de l'histoire du salut est totalement intégrée dans les règlements de l'Alliance divine du Sinaï.

Dans le Temple lui-même, durant sa liturgie, commence la nouveauté : la continuité intérieure de l'histoire de Dieu avec les hommes se manifeste de manière extrêmement forte.

Cela correspond à la fin de l'Evangile de Luc, où le Seigneur, au moment de son Ascension au ciel, commande aux disciples de retourner à Jérusalem pour recevoir là le don de l'Esprit Saint et de là porter l'Evangile dans le monde (cf. Lc 24, 49-53).

En même temps, cependant, nous devons voir la différence entre l'annonce de la naissance du Baptiste à Zacharie et l'annonce de la naissance de Jésus à Marie.

Zacharie, le père de Jean-Baptiste est prêtre et reçoit le message dans le Temple, durant la liturgie.

La provenance de Marie n'est pas mentionnée.

L'ange Gabriel lui est envoyé par Dieu. Il entre dans sa maison à Nazareth - dans une ville inconnue des Ecritures ; dans une maison que nous devons certainement imaginer très humble et très simple.

Le contraste entre les deux scènes ne pourrait être plus grand.

D'une part, le prêtre, le Temple, la liturgie, de l'autre une jeune femme inconnue, une petite ville inconnue, une maison privée inconnue. Le signe de la nouvelle Alliance est l'humilité, le fait d'être caché : le signe de la graine de moutarde. Le Fils de Dieu vient dans l'humilité.

Les deux choses vont ensemble : la profonde continuité dans l'histoire de l'action de Dieu et la nouveauté de la graine de moutarde cachée.


J. Ratzinger, Benoît XVI, L'enfance de Jésus, Flammarion, Paris 2012, p. 37-39

JE PARTICIPE !