Chante et réjouis-toi, fille de Sion (Za 2, 14-15)

Chante, réjouis-toi, fille de Sion (Za 2, 14-15)

« Chante, réjouis-toi, fille de Sion, car voici que je viens pour demeurer au milieu de toi, oracle de YHWH!

Des nations nombreuses s'attacheront à YHWH, en ce jour-là: elles seront pour lui un peuple. Elles habiteront au milieu de toi et tu sauras que YHWH Sabaot m'a envoyé vers toi.»

(Zacharie 2, 14-15)

Dans cette prophétie, le Seigneur confie à Jérusalem-fille de Sion une vocation précise qui est une œuvre de rassemblement, d’unité.

A cause des paroles « réjouis-toi » et de la description du Seigneur venant demeurer au milieu de Sion, au sein de ses murailles, saint Luc a pu vouloir associer cette prophétie à la Vierge Marie à qui l’ange Gabriel dit « réjouis-toi » tandis que le Seigneur vient habiter en son sein. Et il est tout à fait possible que ses lecteurs le comprenne sans qu’il ne soit nécessaire de préciser davantage. En effet, Za 2, 14-15 était très présent dans l’esprit des gens, c’était un passage commenté par les rabbins dans l’atmosphère d’attente messianique caractéristique de son temps. [1]

La tradition chrétienne a clairement associé Marie à l’Annonciation et la prophétie de Za 2, 14-15 [2]. Par cette association, médité comment Dieu a donné à Marie une vocation précise qui est une œuvre de rassemblement, d’unité, comme cela est particulièrement clair dans l’évangile de saint Jean où Marie se tient auprès de Jésus qui « meurt pour rassembler dans l’unité les fils de Dieu dispersé.» (Jn 11, 52).


[1] Oracles Sybillins III, 785-787 (2° ou 1° siècle avant J-C, en milieu égyptien) ; Tosephta Targum Zc 2, 14-15 (probablement 1° siècle après J-C en milieu palestinien). Pesiktà Rabbati 35.

[2] L’ancienne liturgie hispanique du 8 décembre ; saint Julien de Bourges († 1250, un hébreu converti : Liber bellorum Domini, cap. IV.)

A. SERRA

Extraits de : A. SERRA, “madre Sion” et “figlia di Sion.

Riletture mariane, greco-latine, del Salmo 87 (86), 5 e Zaccaria 2, 14 ; 9,9 (secoli III-XVII),
in Fons lucis, miscellanea di studi in onore di Ermanno M. Toniiolo.
A cura di R. Barbieri – I. M. Calabuig – Ornella Di Angelo, Ed. “Marianum”, Roma 2004, pp. 29-87, p.73-75, 85.

On pourra lire aussi :

Aristide SERRA, La Donna dell’Alleanza, Prefigurazioni di Maria nell’Antico Testamento,
Messaggero di sant’Antonio – editrice, Padova 2006, p. 197-198 (www.edizionimessaggero.it).

JE PARTICIPE !