Terre, ne crains plus (Joël 2)

Terre, ne crains plus (Joël 2)

Joël en son temps

Vers 400 av J-C, alors que le retour en Judée après l’exil est déconcertant, Joël lance un grand élan de conversion et de pénitence (Joël 1,13-14 ; 2,12-17). Jérémie et Ezéchiel avaient annoncé un « cœur nouveau », Joël continue et annonce une effusion de l’Esprit sur tout le Peuple (Jl 3,1-5) qui permettra à celui-ci de grandir dans la foi jusqu'à la venue du grand jour (Jl 4,15-21).

Joël 2, 21-23 invite non seulement à l’allégresse les "fils de Sion", mais aussi la terre, le bétail, les arbres. La joie pour la présence de YHWH au milieu d’Israël se répand sur l’homme et sur le cosmos également : les deux sont toujours associés dans l’histoire du salut. C’est dans le cosmos que s’inscrit l’histoire. Dans le Nouveau Testament, c’est encore dans le cosmos que l’homme trouvera un ami dans la glorification éternelle (Rm 8,19-23).


« Terre, ne crains plus, jubile et sois dans l’allégresse, car YHWH a fait grand ! Ne craignez plus, bêtes des champs ! […] Fils de Sion, jubilez, réjouissez-vous en YHWH votre Dieu ! Car il vous a donné la pluie d’automne selon la justice, il a fait tomber pour vous l’ondée, celle d’automne et celle de printemps, comme jadis. […] Vous mangerez tout votre soûl, à satiété, et vous louerez le nom de YHWH votre Dieu, qui aura accompli pour vous des merveilles. (Mon peuple ne connaîtra plus la honte, jamais !) Et vous saurez que je suis au milieu d’Israël, moi, que je suis YHWH, votre Dieu, et sans égal ! »

(Joël 2,21-27)

Saint Luc associe Marie et la fille de Sion (chez Joël)

Comme Sophonie 3,14-17; Joël 2,21-27 a pour objet l’annonce de la joie messianique qui se répand sur l’Israël des temps derniers, quand YHWH accordera à son peuple le salut et la libération définitive. On y retrouve certaines expressions déjà présentes en Sophonie, et qui sont reprises par saint Luc :

  • Khàire (réjouis-toi)… Jl 2,21 // Luc 1, 28
  • Ne pas craindre… Jl 2,21 // Lc 1, 30
  • YHWH est dans le sein d’Israël... Jl 2,27 // Luc 1, 33

Si l’on considère l’allusion au prophète Joël, le récit de l’Annonciation se trouve enrichi de deux dimensions :

1. La dimension cosmique :

c’est toute la nature qui se réjouit de la venue de son Créateur dans le sein de la fille de Sion.

2. Le souffle de l’Esprit Saint :

Le livre de Joël est très marqué par la promesse de cet Esprit Saint sur tout le peuple. Cette promesse s’accomplit avec Marie.


A. SERRA

Extraits de : Aristide SERRA, La Donna dell’Alleanza, Prefigurazioni di Maria nell’Antico Testamento, Messaggero di sant’Antonio – editrice, Padova 2006, p. 252-259
(www.edizionimessaggero.it).

JE PARTICIPE !