Caravaggio : Beata Vergine della fonte (1432)

Caravaggio : Beata Vergine della fonte (1432)

Le 26 mai 1432, Giovanetta di Pietro Vacchi, fille de paysans, femme simple et pieuse mariée à un homme violent, dit «voir la Vierge». «Brusquement, j’avais devant moi une dame belle et admirable, de haute stature, au visage gracieux, à l’aspect vénérable, vêtue de bleu avec un voile blanc», explique-t-elle.

L’apparition lui demande de prier et dit qu’elle est venue pour la paix,

la paix dans sa famille,

la paix entre les états

et la paix entre les Eglises d’Orient et d’Occident.

La prière pour la paix entre les Eglises d'Orient et d'Occident semble porter rapidement du fruit. En effet, le 6 juillet 1439, le concile de Florence trouva un accord entre Latins et Grecs sur tous les points en discussion (la procession du Saint-Esprit, le terme Filioque du Symbole, le principe de l'eucharistie, les quatre fins de l'homme, la primauté du pape). Malheureusement, la chute de Constantinople en l'an 1452 rendra inopérant cet accord.

L’évêque de Crémone a rapidement accepté de faire bâtir un sanctuaire, visité en 1992 par Jean Paul II.

Dans la crypte, on trouve la source qui jaillie prodigieusement lors de l’apparition.

Dans le sanctuaire, on trouve un groupe de statues qui représentent la vision.

Fêtes : 26 mai (anniversaire de l’apparition) ; 15 août ; 8 septembre.


Domenico MARCUZZI, Santuari mariani d’Italia, edizioni Paoline, Roma 1982, p.61

Patrick SBALCHIERO, article « Caravaggio », dans : René LAURENTIN et Patrick SBALCHIERO, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge, Fayard, Paris 2007.

Paul Christophe, L'Eglise dans l'histoire des hommes, du XV° siècle à nos jours. Droguet Ardant, Paris 1983, p. 16-17.


Françoise Breynaert