L'humble Marie adhère à l’abaissement de Dieu

L'humble Marie adhère à l’abaissement de Dieu

En contemplant le mystère de l'Incarnation, Bérulle a pris conscience que Dieu Père n'était qu'Amour et que, s'il voulait révéler aux hommes sa vraie nature, cela ne pouvait se faire qu'en devenant l'un d'eux.

L'Incarnation manifeste un anéantissement de Dieu - Bérulle est très sensible au fait que l'incréé se fait créé.

Bérulle commente les paroles de l'ange à l'Annonciation.

Il contemple aussi l'attitude de la Vierge Marie. Son Fiat, son Oui, est une adhésion à l'abaissement de Dieu.

Ces paroles sont grandes et très grandes,

Mais elles n'enflent pas la Vierge,

Car son humilité est encore plus grande.

L'ange la conduit et l'élève de grandeurs en grandeurs,

Et elle rentre d'abaissement en abaissement.

La Vierge entre dans cet état*

Humble et profond

Où doit nous amener

l'abaissement et comme anéantissement

d'un Dieu fait homme

par le Sacré mystère de l'Incarnation.

Là, Dieu est abaissé,

Et la Vierge élevée,

Elle est adhérente à son Dieu qui s'abaisse

Et non pas à soi-même qui est élevée.

Elle est vivante en cet abaissement de Dieu

Et non en ses propres grandeurs.

Et de cette vie, de cette adhérence,

Son humilité tire aliment, vigueur et subsistance,

Et est puissante, solide et lumineuse.

Et la Vierge, en la vue claire de ses grandeurs,

Est elle-même en un abaissement

Plus profond et plus ferme qu'auparavant.


*état : de tout son être et de façon permanente.

P. de BERULLE, Vie de Jésus, éd. Du Cerf, Paris 1995, t. 8, p. 241.


P. De Bérulle

Présenté par F. Breynaert