Charlemagne († 814)

Charlemagne est un roi franc, guerrier, devenu empereur.

Charles Ier, dit le Grand est le fils de Pépin le Bref.

Il devient le roi des Francs à partir de 768.

Il a soumis les Saxons païens, les Lombards en Italie et les Musulmans d'Espagne.

Il fut couronné empereur à Rome par le pape Léon III le 25 décembre 800, relevant une dignité disparue depuis l'an 476 en Occident.

Il est à l'origine d'un renouveau culturel et religieux : la « renaissance carolingienne ».

Par exemple, Charlemagne confia à celui qui fut d'abord son maître, Alcuin (+ 804) une mission d'enseignement dans l'école du sanctuaire de Fulda (Allemagne) qui eut un grand rayonnement.[1]

Il diffusa le chant grégorien en même temps que la langue latine (entraînant aussi la perte du chant mozarabe d'Espagne ou du chant gallican de Gaule.)

Il fit construire à Aix la Chapelle l'octogone de la chapelle palatine vers les années 790-800 dans le style carolingien. Cette chapelle demeure aujourd'hui, à l'intérieur de l'actuelle cathédrale.

Il est mort le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle.

Son amour pour la Vierge Marie se manifesta à maintes occasions :

Il dédia à la Vierge Marie la chapelle octogonale qu'il fit construire à Aix la Chapelle.

Il reçut de l'empereur d'Orient trois reliques du voile de Marie, et il les conserva à Aix la Chapelle.

Il valorisa Alcuin qui promut la dédicace du samedi à la Vierge Marie.

Après sa mort,

Son empire sera partagé en l'an 843 entre trois de ses petits-fils (traité de Verdun) et se morcellera.

Pourtant, Charlemagne peut être considéré comme le « Père de l'Europe » pour avoir assuré le regroupement d'une partie notable de l'Europe occidentale, et posé des principes de gouvernement dont ont hérité les grands États européens[2].


Sources : les articles donnés en approfondissement.

[1] L. Gambero, Maria nel pensiero dei teologi latini medievali, ed San Paolo, 2000, p. 49-51

[2] Thomas Ferenczi, Pourquoi l'Europe ?, 2008, p. 101 ; Élisabeth Guigou, Je vous parle d'Europe, 2004, p. 26 ; Philippe Depreux, Charlemagne et la dynastie carolingienne [archive], 2007, p. 182


Françoise Breynaert