La résurrection des justes, résurrection de la chair (St Irénée)

La résurrection des justes, résurrection de la chair (St Irénée)

Saint Irénée traite de la fin des temps dans son œuvre « Contre les hérésies (AH) », au livre V chapitre 25 à 36. Le titre de cette partie est « L'identité du Dieu créateur et du Dieu Père prouvée par l'enseignement des Ecritures relatif à la fin des temps. »

Dans les chapitres 25 à 30, Irénée évoque l'Antéchrist et le jugement dernier. Ceux qui ont participés à l'apostasie seront envoyés au feu éternel tandis que les justes seront appelés au royaume éternel (AH, V, 28, 1).

C'est après cela qu'Irénée donne un enseignement sur la résurrection des justes, résurrection de la chair (AH, V, 31-36).

Cet enseignement d'Irénée met en lumière la fidélité de Dieu a sa création et la cohérence de son dessein.

Les justes connaîtront une résurrection de la chair, tout comme le Seigneur avant eux :

« Si donc le Seigneur lui-même a observé la loi des morts, pour devenir le Premier-né des morts (Col 1, 18), s'il a séjourné trois jours dans les régions inférieures de la terre (Eph 4, 9), s'est est ensuite ressuscité dans la chair, de façon à pouvoir montrer à ses disciples jusqu'aux marques des clous (Jn 20, 25), et si après tout cela seulement il est monté vers son Père, comment ne rougissent-ils pas, ceux qui prétendent que les enfers s'identifient avec notre monde et que leur 'homme intérieur', laissant ici-bas le corps, doit monter sans le lieu supra-céleste ? » (AH V, 31, 2).

Lors de la résurrection de la chair, les justes règneront sur le monde.

L'Apocalypse nous dit qu'il y aura une résurrection des justes (Ap 20, 4). Cette résurrection des justes est distincte de la résurrection générale, et elle la devance (Ap 20, 5). Il s'agit aussi d'un règne des justes avec le Christ Jésus (Ap 20, 4). Jésus avait d'ailleurs annoncé un tel règne (Mt 19, 28).

« Il est juste, en effet, que dans ce monde même où ils ont peiné et ont été éprouvés de toutes manières par la patience, ils recueillent le fruit de cette patience ; que, dans le monde où ils ont été mis à mort à cause de leur amour pour Dieu, ils retrouvent la vie ; que dans le monde où ils ont enduré la servitude, ils règnent. Car Dieu est riche en tous biens, et tout lui appartient. Il convient donc que le monde lui-même, restauré en son état premier, soit, sans plus aucun obstacle, au service des justes. C'est que l'apôtre fait connaître dans son épître aux romains lorsqu'il dit : "Car la création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu: si elle fut assujettie à la vanité, -- non qu'elle l'eût voulu, mais à cause de celui qui l'y a soumise, -- c'est avec l'espérance d'être elle aussi libérée de la servitude de la corruption pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu." (Rm 8, 19-21) » (AH V, 32, 1)

La résurrection de la chair accomplira les anciennes prophéties :

Beaucoup de prophéties n'ont pas encore été accomplies, elles seront accomplies lors de la résurrection des justes. Ainsi :

- La parole de Jésus « Bienheureux les doux, ils possèderont la terre en héritage » (Mt 5, 5) (AH, V, 32, 2) ;

- La parole de Jésus annonçant qu'il ne boira plus de vin jusqu'au jour où il en boira « du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père » (Mt 26, 29) - Et Irénée insiste qu'il faut bien parler de résurrection de la chair car « la boisson tirée de la vigne a trait à la chair » (AH, V, 33, 1).

- S'accomplira aussi la prophétie d'Isaïe 11, 6-9 où le lion comme le bœuf mangera de la paille - quelle sera alors cette paille capable de nourrir un lion s'émerveille Irénée (AH V 33, 4).

- Jérusalem sera rebâtie avec des pierres précieuses et ses enfants seront dans une grande paix (Isaïe 54, 11-14). (AH, V, 34, 4).

« Toutes les prophéties de ce genre se rapportent sans conteste à la résurrection des justes, qui aura lieu après l'avènement de l'Antéchrist et l'anéantissement des nations soumises à son autorité. » (AH, V, 35, 1)

La résurrection de la chair offre une adaptation aux réalités spirituelles:

« Toutes les prophéties de ce genre se rapportent sans conteste à la résurrection des justes, [...] alors les justes règneront sur la terre, croissant à la suite de l'apparition du Seigneur ; ils s'accoutumeront, grâce à lui, à saisir la gloire du Père et, dans ce royaume, accéderont au commerce des saints anges ainsi qu'à la communion et à l'union avec les réalités spirituelles. » (AH, V, 35, 1).

Une fois que la résurrection de la chair a préparé les justes à l'union avec les réalités spirituelles, Satan et les impies sont jetés dans l'étang de feu, c'est-à-dire la seconde mort, la terre disparaît et adviennent les cieux nouveaux et la terre nouvelle sur laquelle descendra la Jérusalem céleste (AH, V, 35, 2, cf. Apocalypse 21).

C'est dans ce contexte que saint Irénée cite 1Co 15, 27-28. Le règne du Christ évoqué par saint Paul dans ce bref passage est donc interprété pour le temps de la résurrection des justes (AH, V, 36, 2).

Aussitôt après, Irénée conclut :

« Ainsi donc, de façon précise, Jean a vu par avance la première résurrection, qui est celle des justes, et l'héritage de la terre qui doit se réaliser dans le royaume. » (AH, V, 36, 3).

N.B. De tout cela il ressort que saint Irénée n'est pas millénariste.

Le millénarisme est une imposture qui produit des faux messies[1].

L'hérésie du millénarisme consiste à confondre ce règne (après la résurrection des justes - qui évidemment n'a pas eu lieu) avec tel ou tel régime politique ou religieux.

Saint Irénée n'est pas millénariste. Irénée suit le livre de l'Apocalypse qui parle d'une résurrection des justes et d'un règne des justes avec le Christ (Ap 20, 4) acheminant cette terre vers sa disparition (Ap 20, 11) et la venue d'une terre nouvelle recevant la Jérusalem céleste (Ap 21, 1-2). Il s'agit d'un au-delà que nous ne devons pas scruter avec nos yeux matériels !

Dimension mariale :

L'enseignement d'Irénée sur la résurrection des justes, résurrection de la chair, met en lumière la fidélité de Dieu a sa création et la cohérence de son dessein. Irénée n'évoque rien du mystère de l'Assomption de Marie en son âme et en son corps, mais les fondements bibliques et théologiques sont présents.


AH : Saint Irénée, Contre les hérésies.

[1] Catéchisme de l'Eglise catholique § 676 ; Jean Paul II, Tertio Millenio Adveniente § 23


Lire plus sur saint Irénée

Synthèse Françoise Breynaert