Sheshan, sur le mont du bambou vert

Sheshan : Marie "aide des chrétiens"

Le pape Jean Paul II a longuement évoqué le sanctuaire de Sheshan durant l’Angelus du dimanche 21 août 1988, et il l’a fait en transmettant au monde entier l’attention des chinois à l’harmonie de la nature, à la beauté du cadre, avec même quelques allusions à l’art pictural et culinaire chinois. Il s’est sans doute aussi laissé inspiré par la tendresse avec laquelle la Vierge Marie regarde ce lieu…

Voici l’angélus :

Le mont du bambou vert

Notre pèlerinage dominical nous pousse aujourd’hui vers le lointain Orient, et vers le sanctuaire de Notre Dame de Sheshan, en Chine, élevé en 1942 à la dignité de basilique mineure.

Sheshan se trouve à 50 km de Shanghai. Grâce à la beauté du paysage et à la douceur du climat, la colline de Sheshan constitue un lieu qui attire les touristes. Au XVIII° siècle, deux empereurs sont venus de Pékin pour la visiter. L’un d’eux, le fameux Kangxi, lui donna le nom de « mont du bambou vert ». En effet, la colline est recouverte de ce type de plante, que la peinture chinoise de tous les siècles reproduit avec tant de grâce, et dont les germes, entre autres, sont considérés comme un plat très apprécié par ce peuple.

Origine de Notre Dame de Sheshan « aide des chrétiens »

L’évangélisation est arrivée à Sheshan en 1844. Les missionnaires y construisirent une maison de cinq chambres, dont l’une était une chapelle. En 1864, un Chinois construisit sur la cime de la colline un kiosque hexagonal, où il mit une image de la Vierge qu’il avait peinte lui-même, sous le titre de Marie « aide des chrétiens ».

Dès lors, se diffusa la dévotion à Notre Dame de Sheshan « aide des chrétiens » et chaque année, une fête la célèbre le 24 mai, avec grande solennité.

La bénédiction de la Mère affectueuse

Aujourd’hui, il y a deux églises : une à mi-pente de la colline et l’autre au sommet. Cette dernière fut construite en 1873 et refaite en 1925, elle a un clocher de 33m de haut, au sommet duquel il y a une statue de Notre Dame qui soulève son fils Jésus, les bras ouverts pour bénir. A cause de cette position, de loin, cette statue ressemblait à une croix étendue sur la Chine. L’église qui se trouve à mi-pente a été construite en 1894. Sur les côtés de l’entrée, il y a deux inscriptions :

« La petite chapelle est à mi-pente de la colline ; arrêtons-nous un peu, pour augmenter notre affection filiale envers la Vierge. »

« La grande église est au sommet ; montons encore un peu pour demander la bénédiction de la Mère affectueuse. »

Le pèlerinage des pêcheurs

Autour de Sheshan, il y a de nombreux canaux. Les pêcheurs, qui vivent sur des barques, sont en majorité de fervents catholiques. Tous les ans, au mois de mai, ils vont en pèlerinage au sanctuaire et des pèlerins de tout le pays s’unissent à eux. Durant cette année mariale, les pèlerinages se sont succédés sans interruption. Nous désirons nous unir spirituellement aux fidèles chinois, et je me recommande à leur prière. Ensemble, je présente mon acte de dévotion filiale à Notre Dame de Sheshan et je lui confie ma sollicitude pour toute l’Eglise, en particulier l’Eglise de Chine.

_____________

Jean Paul II, Angelus du dimanche 21 août 1988