Néophyte le reclus (†1220), litanies.

Néophyte le reclus (†1220), litanies.

Quelques mots sur sa vie :

Néophyte surnommé le Reclus, est né en 1134 à Chypre. À 18 ans, il entra dans le monastère de saint Chrysostome près du mont Couzzouventi.

Après un pèlerinage en Terre , il s'achemine vers la montagne qui domine Pafo: là, il devient ermite.

Après quelques années en solitude, l'évêque de Pafo lui demande de recevoir les ordres sacrés et d'accueillir avec soi quelques disciples. Sa sainteté attire à lui beaucoup de visiteurs.

Ami de la solitude et du silence, il cherche et trouve une autre caverne, et s'y s'établit, il l'appelle Nea Sion. Nous sommes environ en 1200. Il y reste jusqu'à sa mort, vers 1220.

L'Église orthodoxe le commémore le 24 janvier.

Quelques-unes de ses litanies mariales :

Salut, vierge Mère du Fils co-éternel au Père in-engendré et réceptacle très saint de l'Esprit Saint.

Salut, trône qui porte le Roi de gloire et que les Chérubins ne peuvent pas fixer du regard[1].

Salut, toi qui es plus haute que les troupes célestes, parce que tu as contenu Celui qu'on ne peut contenir et que tu as porté Celui qu'on ne peut contempler.

Salut, premier ciel fixé par Dieu, dans lequel habite la lumière sans couché du soleil.

Salut, firmament d'où le Soleil de la justice s'est levé (cf. Gn 1, 6-8; Ml 3, 20).

Salut, soleil qui ne se couche pas et qui éclaire les confins de la terre.

Salut, lune brillante par qui les ténèbres de l'incrédulité furent chassées et fut introduite la lumière de la foi[2].

Salut, multiple splendeur d'astres multiples.

Salut, toi par qui s'ouvrent les portes célestes et sont brisées les portes et les barres de l'Hadès.

Salut, tourbillon céleste par lequel nous les mortels nous avons été enlevés dans les hauteurs [2 R 2, 11].

Salut, nuage porteur de pluie de laquelle fut baignée l'ampleur de la terre.

Salut, souffle de vent pur et frais, tu restaures les fidèles.

Salut, arc-en-ciel, signe de l'alliance de Dieu avec les hommes[3].

Salut, porte inaccessible par laquelle passa l'ange du grand conseil [= le Christ] en la laissant fermée[4].

Salut, échelle céleste par où descendit sur la terre celui qui est au-dessus des cieux[5].

Salut, toi qui as défait la condamnation du premier père et de la première mère Ève[6].

Salut, paradis spirituel de la fleur d'immortalité.

Salut, source qui jaillit de l'Eden pour irriguer le paradis - l'Église de Dieu [...].

Salut, arbre de la vie qui est au centre du paradis (Gn 2,9) dont nous les fidèles nous nous nourrissons des fruits pour la rémission des péchés[7].

Salut, porte du paradis qui introduit les croyants et exclut les incrédules.

Salut, champ non semé où poussa l'épi qui apporte la vie[8].

Salut, vigne florissante et sarment fructueux, plantés par le Père, irriguée par l'Esprit, cultivée avec art par le Fils, qui invite de manière sublime les groupes des fidèles, il verse son vin dans la coupe et les appelle tous. [...]

Salut, mer plus grande et plus spacieuse où navigua le maître de l'univers.

Salut, sel des vertus qui a salé le monde[9].

Salut, navire guidé par Dieu, surchargé de biens célestes.

Salut, porte du salut et muraille inexpugnable.

Salut, tour puissante, toi qui maintiens indemne devant l'ennemi ceux qui se réfugient en toi[10].

Salut, punition juste du monde infidèle égyptien et libération juste du peuple de l'Israël.

Salut, nuée qui éclaire pendant la journée et colonne de feu dans la nuit.

Salut, toi qui as submergé dans la mer les infidèles et le péché du Pharaon, le Pharaon spirituel et ses complices (cf. Exode 14, 23-38)[11].

Salut, tente plus vaste que les cieux, dans laquelle Dieu parla aux hommes[12].

Salut, table digne d'honneurs divins, écrite par le doigt de Dieu.

Salut, arche , toi qui renfermes Celui qui enlève le péché du monde[13].

Salut, amphore de la manne.

Salut, verge d'Aaron, (cf. Nm 17, 16-26)[14].

Salut, source de la vie.

Salut, terre de la promesse.

Salut, terre qui fait couler le lait et le miel.

Salut, terre des hommes doux[15].

[...]


[1] A ce sujet, lire aussi... [Marie, trône de gloire]

[2] A ce sujet, lire aussi... [La lune en Ap 12,1]

[3] A ce sujet, lire aussi... [Le symbole de l'Arc en ciel]

[4] A ce sujet, lire aussi... [L'enfantement virginal]

[5] A ce sujet, lire aussi... [L'échelle de Jacob]

[6] A ce sujet, lire aussi... [Marie nouvelle Eve]

[7] A ce sujet, lire aussi... [Marie arbre de vie]

[8] A ce sujet, lire aussi... [La virginité féconde]

[9] A ce sujet, lire aussi... [Marie et les vertus]

[10] A ce sujet, lire aussi... [Marie, tour de David]

[11] A ce sujet, lire aussi... [Le sens spirituel de l'Exode]

[12] A ce sujet, lire aussi... [Marie, tente de la rencontre]

[13] A ce sujet, lire aussi... [Marie, arche d'Alliance]

[14] A ce sujet, lire aussi... [Le bâton d'Aaron]

[15] A ce sujet, lire aussi... [Marie, terre bénie]

Marie, terre bénie (St Ephrem † 373)


Néophyte le reclus,

Discours pour l'Annonciation de Notre Dame, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie § 4-5.

Dans :

G. Gharib e E. Toniolo (ed) Testi mariani del secondo Millennio. 1. Autori orientali,

Città nuova Roma 2008, p. 240 (vie) e p. 256-257 (litanies).