Manapadam : Notre Dame de la feuille de palmier

Manapadam : Notre Dame de la feuille de palmier

P. Happez S. J., Missionnaire Apostolique du Bengale racontait en 1871, dans les Annales de la Propagation de la Foi, ce fait extraordinaire.

Durant une sécheresse, les Indiens avaient expérimenté tous leurs moyens pour implorer la pluie. Mais le soleil était implacable et la terre aride de plus en plus sèche.

Dans la résolution de faire une dernière tentative, ils se trouvèrent embarrassés, ne sachant pas se mettre d'accord à quelles divinités sacrifier. Ils choisirent onze feuilles de palmier et ils firent des signes sur chacune d'elles, selon le nom de la divinité qu'ils voulaient invoquer. Quelques-uns proposèrent d'ajouter encore une feuille avec sur écrit le nom de Marie, Mère de Dieu et mère des hommes.

Il fut allumé un grand feu sur la place publique et en présence de tout le peuple furent jetées solennellement les 12 feuilles avec la promesse qu’ils reconnaîtraient véritable l’intercession de celle qui résisterait à l’épreuve du feu. A peine jetées sur le feu, les feuilles de palmier brûlaient, mais une seule resta intacte miraculeusement, suspendue sur les flammes, la feuille qui portait le nom de Marie.

On décida alors d’invoquer Marie et la foule courut pour cela à la chapelle des missionnaires.

L'acte plut à la Vierge. Les habitants ne s'étaient pas encore retirés dans les cabanes que déjà le ciel fit tomber la pluie abondante et réparatrice.

Mais la Vierge fut encore plus généreuse, en faisant descendre bientôt sur ces cœurs une pluie bénéfique de remerciements et le cadeau de la foi au Christ.

La Chapelle de Manapadam embellie et agrandie, est aujourd'hui un témoignage de la présence de Marie, et la feuille miraculeuse est remise dans un reliquaire.

________________

Cf. Emilio Oggé, La madonna missionaria, edizioni missioni consolata, Torino, 1968, p. 77-78

JE PARTICIPE !