Mont saint Thomas et Notre Dame de l’Espérance

Mont saint Thomas et Notre Dame de l’Espérance (Inde)

Quelques mots sur saint Thomas.

« Jésus, à un moment critique de sa vie, décida de se rendre à Béthanie pour ressusciter Lazare, s'approchant ainsi dangereusement de Jérusalem (cf. Mc 10, 32). A cette occasion, Thomas dit à ses condisciples: "Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui!" (Jn 11, 16). Sa détermination à suivre le Maître est véritablement exemplaire et nous offre un précieux enseignement: elle révèle la totale disponibilité à suivre Jésus, jusqu'à identifier son propre destin avec le sien et à vouloir partager avec Lui l'épreuve suprême de la mort. En effet, le plus important est de ne jamais se détacher de Jésus. »

Et, huit jours après Pâques :

« Dans un premier temps, il n'avait pas cru à l'apparition de Jésus en son absence et il avait dit: "Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté; non, je ne croirai pas!" (Jn 20, 25). Au fond, ces paroles laissent apparaître la conviction que Jésus est désormais reconnaissable non pas tant par son visage que par ses plaies. Thomas considère que les signes caractéristiques de l'identité de Jésus sont à présent surtout les plaies, dans lesquelles se révèle jusqu'à quel point Il nous a aimés. En cela, l'Apôtre ne se trompe pas. Comme nous le savons, huit jours après, Jésus réapparaît parmi ses disciples, et cette fois, Thomas est présent. Jésus l'interpelle: "Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant" (Jn 20, 27). Thomas réagit avec la plus splendide profession de foi de tout le Nouveau Testament: "Mon Seigneur et mon Dieu!" (Jn 20, 28).»

« Selon une antique tradition, Thomas évangélisa tout d'abord la Syrie et la Perse [1], se rendit ensuite jusqu'en Inde occidentale[2], d'où il atteignit également l'Inde méridionale. »

(Benoît XVI, audience générale du 27 septembre 2006)

Le mont saint Thomas ou Parangimalai, ou Bhringimalai, est une colline située dans les faubourgs de Guindy près de l'aéroport de Chennai airport, Tamil Nadu, Inde.

On y fait mémoire de l'apôtre saint Thomas qui, selon la tradition, a évangélisé l'Inde et aurait été martyrisé en l’an 72, en ce lieu.

Saint Thomas est fêté en ce lieu le 3 juillet. [3]

Le mont saint Thomas est aussi un sanctuaire marial, Notre Dame de l'espérance : Selon la tradition, l’image de Marie est sculptée sur un petit cadre de bois que saint Thomas aurait porté en guise de scapulaire, partout où il allait. Et Marie est invoquée sous le vocable de Notre Dame de l'espérance (ou notre Dame de l'attente, en lien avec le temps de l'Avent).

Notre Dame de l'espérance est fêtée en ce lieu le 18 décembre.

Le sanctuaire a été construit par les Portugais en l’an 1523, on y lit en portugais « Notre Dame de l’espérance ».

Les pèlerins viennent de toute l’Inde, et de la Birmanie, et ils montent les 135 marches raides pour venir s’agenouiller et se placer sous la protection maternelle de Marie. [3]


[1] C'est ce que réfère déjà Origène, rapporté par Eusèbe de Césarée, Hist. eccl. 3, 1

[2] cf. Actes de Thomas 1-2 et 17sqq

[3] Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 469-470

Et Wikipedia.org.

Synthèse Françoise Breynaert

JE PARTICIPE !