Saints Denis, Rustique et Eleuthère

Saints Denis, Rustique et Eleuthère

[Les discussions sur saint Denis portent non pas sur l'ancienneté de saint Denis apôtre de Lutèce (Paris), mais sur son identité avec l'écrivain appelé Denis l'aéropagite. Jacques de Voragine (1228-1298) fut dominicain et archevêque de Gênes écrit :]

Denis l'Aréopagite fut converti à la foi du Christ par l'apôtre Saint Paul. /.../ Or, le jour de la passion du Christ, la ville d'Athènes, de même que le monde entier, fut soudain remplie d'une épaisse ténèbres ; et les savants d'Athènes ne parvenaient pas à découvrir la cause naturelle de ce fait étrange, tout à fait différent des éclipses ordinaires. /.../ Sur quoi les Athéniens élevèrent un autel où ils mirent cette inscription : « Au Dieu inconnu ».

Et lorsque Saint Paul vint à Athènes, Denis reçut le baptême, avec sa femme Damaris, et toute sa maison. Saint Paul l'instruisit ensuite, pendant trois ans, des vérités de la foi ; et il finit par l'ordonner évêque d'Athènes. Et Denis, par l'ardeur de sa prédication, convertit à la foi chrétienne sa ville natale, ainsi que la plus grande partie de la région environnante.

Il nous donne à entendre lui-même, dans ses livres, que c'est à lui que Saint Paul a révélé ce qu'il a vu lorsque, dans son ravissement, il a été transporté au troisième ciel. Et le fait est que Denis nous a écrit, avec une clarté et une abondance parfaites, la hiérarchie des anges, leurs ordres, dispositions et offices. /.../

Lorsqu'il apprit que Saint Pierre et Saint Paul étaient tenus en prison à Rome, sous Néron, il nomma un autre évêque à sa place et se mit en route pour aller voir les deux saints. Et lorsque ceux-ci eurent rendu leurs âmes à Dieu, le Pape Clément envoya Denis en France, lui donnant pour compagnons Rustique et Eleuthère. Denis se rendit alors à Paris où il fit de nombreuses conversions, éleva plusieurs églises et ordonna bon nombre de prêtres. /.../

Un préfet nommé Fescennius fut envoyé de Rome contre les chrétiens de Paris. Ce préfet, ayant trouvé Denis occupé à prêcher devant le peuple, ordonna de l'arrêter, de le garroter avec une grosse corde et de l'amener à son prétoire, en compagnie des deux saints Rustique et Eleuthère /.../ Ils furent flagellés par douze soldats, chargés de chaînes et jetés en prison. Le lendemain, Denis fut étendu, nu, sur un gril enflammé. Et lui, au milieu de ses souffrances, rendait grâce à Dieu. Il fut ensuite donné en pâture à des bêtes féroces, dont on avait excité la faim par un jeûne prolongé. Mais, au moment où ces animaux s'élançaient sur lui, il fit sur eux le signe de la croix ; et eux, tout de suite, l'entourèrent doucement, comme des agneaux. Le préfet le fit alors mettre en croix, puis, après l'avoir longtemps torturé, le fit reconduire en prison avec d'autres chrétiens. Le lendemain, après d'autres supplices, les trois saints eurent la tête tranchée à coups de hache, devant l'idole du dieu Mercure. Mais aussitôt le corps de Saint Denis se redressa, prit dans ses mains sa tête coupée, et, sous la conduite d'un ange, marcha pendant deux milles, depuis la colline de Montmartre, c'est-à-dire mont des martyrs, jusqu'au lieu où reposent aujourd'hui ses restes par le fait de son propre choix et de la providence divine.

Et aussitôt s'éleva dans ce lieu une musique d'anges si harmonieuse que parmi la foule de ceux qui l'entendirent, la femme du préfet Lisbius, nommée Laertia, se proclama chrétienne, ce qui lui valut d'être décapitée, et de recevoir ainsi le baptême de sang. Le fils de cette femme nommé Vibius, après avoir servi à Rome sous trois empereurs, se fit baptiser en revenant à Paris et adopta la vie religieuse.

Les trois saints subirent le martyre sous le règne de Dioclétien, en l'an du Seigneur 96. Saint Denis était alors âgé de quatre-vingt-dix ans.


Jacques de Voragine, La Légende dorée (Legenda Sanctorum) , chapitre 151, pages 577 à 582