Les guérisons à Notre-Dame du Laus

Les guérisons à Notre-Dame du Laus

Au temps de Benoîte, les toutes premières guérisons du Laus concernaient aussi bien les adultes que les enfants.

Nombreux furent ceux qui, très gravement déficients visuels, guérirent miraculeusement de ce que l'on appelait à l'époque une taie sur l'œil. Après avoir appliqué de l'huile du sanctuaire sur leur organe blessé, ils voyaient parfaitement clair. A cette époque, les autorités ecclésiastiques hésitaient sur l'attitude à avoir au sujet des phénomènes qui se produisaient au Laus.

Jusqu'au jour où le vicaire général d'Embrun, Antoine Lambert, organise une expédition pour se rendre au Laus et mener son enquête.

Là, il assiste quasiment en direct à la guérison d'une femme de vingt-deux ans, Catherine Vial. Dans la nuit du 18 au 19 avril 1665, alors qu'elle se trouve dans son lit, elle sent soudain qu'elle peur déplier ses jambes qu'elle avait rétractées sous elle depuis six ans. Le matin, elle court se rendre à la messe célébrée par Antoine Lambert qui s'écrie alors : « Le doigt de Dieu est là ! Le doigt de Dieu est là ! »

Deux épisodes se sont passés tout récemment, au début des années 2000.

Une dame belge se présente un jour à l'accueil du sanctuaire, annonçant qu'elle est guérie d'une hernie discale qui s'extériorisait. En raison de son état, il avait été question de l'opérer dans l'urgence.

Ce à quoi elle avait répondu :

« Non docteur, vous ne m'opérerez pas ; c'est Marie qui va me guérir ! »

Le chirurgien avait souri et dit avec ironie :

« Vous croyez encore aux miracles ? »

« Oui, docteur ! » avait-elle dit.

Quatre mois plus tard, le chirurgien, ne la voyant pas venir comme prévu, s'en était inquiété, l'avait convoqué et lui avait fait passer un scanner. Stupeur, il n'y avait plus rien. La patiente de lui dire alors :

« Docteur, vous y croyez aux miracles maintenant ? »

« Oui, madame, lui répond-il, ce que vous aviez n'était guérissable que par une intervention chirurgicale. »

A la même période, l'accueil du sanctuaire reçoit un coup de téléphone en provenance d'Australie.

Une mère demande que l'on prie pour elle auprès de Notre-Dame du Laus. En effet, elle attend des jumeaux et l'un des deux, selon le diagnostic permis par l'échographie, est malformé. On lui répond « Nous allons prier pour vous, mais nous vous envoyons surtout l'huile de la lampe et vous vous ferez des onctions pour vos bébés chaque jour. » Peu de temps après, les deux bébés naissent, magnifiques tous les deux. A l'époque des faits, les grands-parents se trouvaient au Sanctuaire.

_______________

Source: www.zenit.org/article-17813