Vilnius : Ausras Vartai, Marie porte de l’Aurore

Vilnius : Ausras Vartai, Marie porte de l’Aurore

Origine

Selon les experts, la Vierge de la Porte de l'Aurore remonte au 15° ou au 16° siècle où ce tableau se trouvait au dessus de la porte orientale des remparts de la ville. Marie y est représentée sans l'Enfant-Jésus, les bras croisés sur la poitrine, sa tête couronnée légèrement inclinée sur la droite et entourée de rayons, et ses paupières à demi fermées, c'est Marie, mère de miséricorde.

Un sancutaire rayonnant

Au 17° siècle, le tableau fut transféré dans une chapelle de bois, et on lui attribuait quantité de miracles. A partir du 18° siècle, les évêques de Vilnius et les papes reconnurent ce caractère miraculeux.

En 1927, Pie XI accorda à Notre Dame de Vilnius les honneurs du couronnement et lui donna le titre de «Mère de Miséricorde».

Auparavant, la chapelle avait été restaurée, ainsi que le tableau.

Avant la 2° guerre mondiale, des messes étaient célébrées chaque jour à l'aurore, et, l'après-midi, des litanies et des hymnes étaient chantées en l'honneur de Marie. Alors non seulement la chapelle, mais aussi les rues avoisinantes étaient pleines de fidèles.

Pendant l'occupation soviétique, les rues ont été ouvertes aux voitures, les processions ont été interdites, mais les gens ont continué à s'agenouiller et à prier sur les trottoirs.

« Les persécutions qui ont commencé après l'occupation de la Lituanie par l'Union Soviétique, n'ont pas détruit la piété pour Marie de la porte d'Aurore. En 1948, à Vilnius, fut créée, dans des buts éducatifs, une association sécrète des catholiques lituaniens. Elle fut liquidée par le KGB en 1950. Après 1973, les Amis de l'Eucharistie, membres d'une organisation illégale de la jeunesse catholique, commencèrent à organiser des pèlerinages à la porte d'Aurore. Les jeunes des différentes paroisses de Vilnius priaient, à tour de rôle, le rosaire devant le tableau de la Mère de Dieu. Le 16 novembre 1979, à la porte d'Aurore, le comité de la Défense des Droits des Croyants célébra la première année de son activité. Les membres du comité furent salués par les jeunes venus des différentes régions du pays.

Après 1990, en Lituanie indépendante, alors que la liberté politique et la liberté religieuse furent définitivement acquises, la porte d'Aurore devint plutôt le foyer de la piété personnelle. Mais aujourd'hui encore, dans le monde actuel, elle demeure un lieu important de la résistance contre l'idéologie de consommation et contre la confusion des valeurs. Les fidèles, arrivant des pays voisins, trouvent la porte d'Aurore ouverte à tous ceux qui cherchent la Protection de la Mère de Dieu. »[1]

Marie Porte de l'aurore dans le monde

En Lituanie, quinze églises ont été dédiées à Notre Dame de la Porte de l'Aurore, et, à l'étranger, on en trouve cinq au Etats-Unis, une en Argentine et une au Canada.

Enfin, grâce aux offrandes des Lituaniens, une chapelle de la Porte de l'Aurore a été, édifiée dans la basilique vaticane, en 1958 : elle témoigne de la fidélité à Rome de cette nation catholique pendant les années où elle était une Eglise du silence.

Jean Paul II a salué ce sanctuaire comme étant un point de référence pour les Lituaniens, les Polonais et les catholiques des nations voisines (Angelus 28 juin 1987).

[N.B. La mère du pape Jean Paul II est née à Vilnius.]


[1] http://www.ausrosvartai.lt/index.php?option=com_content&task=view&id=451&Itemid=461

Jean LADAME, Notre-Dame de toute l'Europe, Résiac, Montsûrs 1984, p. 187.

Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 197-204


Synthèse Françoise Breynaert