Faire oraison avec Notre Dame du Carmel

Faire oraison avec Notre Dame du Carmel

Faire oraison, c'est comme Marie à Nazareth, dans la solitude et le silence de notre demeure intérieure, accueillir la salutation de l'ange, répondre en offrant toute notre vie et laisser le Christ prendre naissance en nous.

Faire oraison, c'est comme Marie à Aïn Karem, à l'heure de la Visitation, porter en nous le Christ pour le monde, et chanter la reconnaissance, le Magnificat de toute l'Eglise : « Le Puissant fait pour nous des merveilles. Saint est son Nom ! »

Faire oraison, c'est comme Marie à Bethléem, contempler le Verbe silencieux qui sourit au monde et ouvre ses petits bras à ceux qui viennent l'adorer.

[...]

Faire oraison, c'est comme Marie à la Croix, se tenir devant Dieu pour tous dans l'offrande de tout notre être. C'est regarder le Christ dans son sacrifice pascal. C'est en Marie entrer dans la ténèbres de la foi [...]

Faire oraison, c'est comme Marie attendre dans le silence et l'espérance le salut de Dieu, la pleine lumière de la résurrection.

Faire oraison, c'est comme Marie entrer dans la joie des Ressuscités.

Faire oraison, c'est se tenir avec Marie au Cénacle au cœur de l'Eglise pour attirer l'Esprit Saint sur le monde et enfanter les âmes à la vie des enfants de Dieu.

Faire oraison, c'est se laisser attirer vers le Père, c'est se préparer à l'heureuse rencontre quand le voile de cette vie se déchirera ; c'est se disposer à la mort d'amour.

[...]

Faire oraison au Carmel, c'est avec une détermination bien déterminée laisser Dieu être Dieu en nous, lui laisser toute initiative dans cet entretien d'amitié, c'est demeurer cachée avec le Christ en Dieu. C'est abandonner nos manières humaines et limitées de penser, d'aimer, d'agir, pour entrer par des chemins inconnus dans la manière divine de penser, d'aimer, d'agir. C'est passer des choses à faire pour Dieu aux choses que Dieu veut faire en nous.

Faire oraison, c'est donc entrer par tout notre être dans un mode marial d'existence. C'est revêtir le Christ avec la pureté, la simplicité, l'humilité de la Vierge.


Fr. Philippe de Jésus-Marie, o.c.d.,

Le secret du Carmel, le scapulaire et la vie mariale,

Editions du Carmel, Toulouse 2010, p. 51-54