25 mars : L'Annonciation (rite byzantin)

25 mars : L'Annonciation dans le rite byzantin

Nous ne donnons pas l'intégralité des textes liturgiques de l'Annonciation, mais quelques-uns.

Premières vêpres

Apostiches :

En ce jour, c’est l’heureuse annonce de la Joie, c’est la fête de la Vierge ;

Le monde d’ici bas s’accorde aux choses d’en haut ;

Adam est renouvelé, Eve délivrée de sa première affliction,

Et le tabernacle de notre humaine condition devient le temple de notre Dieu

Par divinisation de la nature assumée.

Mystère que la façon dont s’abaisse le Seigneur, Merveille que le mode inouï de sa conception !

Et du miracle un ange se fait le serviteur ;

Le sein d’une Vierge reçoit le Fils par l’envoi de l’Esprit divin, et d’en haut le Père exprime sa bienveillance ; L’union s’accomplit en la commune volonté ;

En lui et par lui nous voilà sauvés ;

Unissons donc nos voix à celle de Gabriel et crions à la Vierge :

Réjouis-toi, Pleine de grâce de qui nous vient le Salut, le Christ notre Dieu, car il a pris notre nature pour l’élever jusqu’à lui.

Intercède auprès de lui pour qu’il sauve nos âmes.

Tropaire (= Apolitikion) :

Aujourd’hui, c’est l’aurore de notre salut, où se manifeste le mystère éternel : le Fils de Dieu devient Fils de la Vierge, et Gabriel annonce cette grâce. Avec l’ange disons donc à la Mère de Dieu : Réjouis-toi, Pleine de grâce, le Seigneur est avec toi.

Guillaume Denis, Le Spoutnik : Nouveau Synecdimos,

Diaconie Apostolique, Parme 1997 ; Paris 2001, p. 922

Laudes

Kondakion :

Que retentissent nos accents de victoires en ton honneur, invincible Reine, Toi qui sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine !

Vers toi montent nos louanges, nos chants d’action de grâce.

De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts,

Sauve-nous de tout danger, hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent : Réjouis-toi, Epouse inépousée.

Guillaume Denis, Le Spoutnik : Nouveau Synecdimos,

Diaconie Apostolique, Parme 1997 ; Paris 2001, p. 925

Homélies

Parmi les homélies de la fête célèbres dans l’Eglise byzantine, retenons celles de saint Germain de Constantinople, André de Crète, Photius…

.


Synthèse Françoise Breynaert