Naissance de Marie: 9 mai (1° bashans), rite copte

Naissance de Marie: 9 mai (1° bashans), rite copte

Une origine commune avec la célébration dans les autres Eglises

L'origine de la commémoration liturgique de la Nativité de Marie est liée à l'église édifiée au 5° siècle à Jérusalem, dans les environs de la piscine probatique, qui pour la tradition était le lieu de la maison de Joachim et Anne [les parents de Marie].

A l’origine, cette fête était célébrée chez les coptes le 10 tût (20 septembre), donc, étant donné les 13 jours de décalage avec le calendrier grégorien, ce jour correspondait environ à celui des autres églises (7 septembre).

Actuellement, elle est célébrée vers le 9 mai (1° bashans).

Le récit d'un voeu de saint Anne

Durant la liturgie, on lit un récit qui ressemble un peu à celui du 13 août pour la fête de la conception de Marie. Ce récit raconte la stérilité d’Anne et de Joachim. Un jour Joachim était en prière sur la montagne, et il s’endormit. Un ange lui apparut en songe pour lui annoncer la conception miraculeuse…

« Joachim, sans douter de ce qu’il avait entendu dire par l’ange, descendit de la montagne et en fit part à Anne son épouse.

Celle-ci, après avoir rendu grâce à Dieu, certaine de la vérité de ce qui lui a été dit, fit le vœu d’offrir à Dieu l’enfant qu’elle enfanterait, pour que l’enfant puisse servir le Seigneur et habiter dans sa maison tous les jours de sa vie.

Après cela, elle conçut et elle enfanta la enfant à laquelle elle donna le nom de Marie, ce qui signifie Dame ou grâce. En effet, elle est la Dame de tout le monde et la Reine de toutes les femmes, et c’est par elle que la grâce nous a été donnée. Que son intercession nous garde. »

Synaxaire, 1° bashans ; ed. Forget,

in CSCO 67, 98 texte en arabe ; 90, 98, texte en latin.

Gabriele GIAMBERARDINI, Il culto mariano in Egitto, Jerusalem 1974, vol 3, p.43.

Une idée de la généalogie de Marie

La liturgie copte - pour les fêtes de Anne et de Joachim - retient que Anne, la mère de Marie, est de la tribu de Lévi ou Aaron, tandis que Joachim, le père de Marie, est de la tribu de Juda ou David.

Gabriele GIAMBERARDINI, Il culto mariano in Egitto, Jerusalem 1974, vol 3, p. 138-139.


Synthèse Françoise Breynaert

JE PARTICIPE !