La liturgie est une action (pour l'Assomption)

La liturgie est une action (pour l'Assomption)

La liturgie est une action, comme l’étymologie l’indique: la métallurgie est une action sur les métaux, la chirurgie est une action sur le corps, la liturgie est une action spirituelle.

Observons dans le Missel romain actuel (de Paul VI) quelle est cette action de la liturgie.

  • Antienne d’entrée :

« Un signe grandiose apparut dans le ciel :

une femme, ayant le soleil pour manteau,

la lune sous les pieds

et, sur la tête, une couronne de douze étoiles. »

La femme est l’ancien Israël, Marie, l’Eglise. L’action consiste donc ici à changer notre regard sur nous-mêmes : nous sommes en Marie, revêtus de l’amour de Dieu, la lune sous les pieds c’est-à-dire au-dessus du temps et vainqueurs de l’histoire, couronnés comme une mariée.

  • Ou : Antienne d’entrée :

« Tous ensemble, réjouissons-nous dans le Seigneur, célébrons ce jour de fête en l’honneur de la Vierge Marie.

Les anges se réjouissent avec nous de cette fête ; ils en glorifient le Fils de Dieu

L’action consiste ici à sortir de nous-mêmes et à nous réjouir au sujet de Marie et de Jésus.

  • Collecte :

« Dieu éternel et tout-puissant, toi qui as fait monter jusqu’à la gloire du ciel, avec son âme et son corps, Marie, la Vierge immaculée, mère de ton Fils, fais que nous demeurions attentifs aux choses d’en haut pour obtenir de partager sa gloire. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur

L’action consiste ici à demander la grâce, car ce n’est pas facile, d’être attentif aux choses d’en haut. Dieu exauce toujours nos prières. Il y a donc ici, notre action et l’action de Dieu.

  • Acclamation de l’Evangile :

« Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis :

Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez, dans le ciel, tous les anges.»

L’action consiste ici à sortir de nous-mêmes et à nous réjouir au sujet de Marie et de Jésus.

  • Prière sur les offrandes :

« Que s’élève jusqu’à toi, Seigneur, notre fervent sacrifice ; et tandis qu’intercède pour nous la très Vierge Marie, emportée au ciel, que nos cœurs, brûlants de charité, aspirent toujours à monter vers toi. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur

L’action est ici une offrande de nous-mêmes et un acte d’amour.

  • Préface eucharistique :

« Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce ; toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ notre Seigneur.

Aujourd’hui la Vierge Marie, la Mère de Dieu, est élevée dans la gloire du ciel :

Parfaite image de l’Église à venir, aurore de l’Église triomphante, elle guide et soutient l’espérance de ton peuple encore en chemin.

Tu as préservé de la dégradation du tombeau le corps qui avait porté ton propre Fils et mis au monde l’auteur de la vie.

C’est pourquoi, avec tous les anges du ciel, pleins de joie, nous (disons) chantons :

Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers ! »

Ici nous faisons un acte de mémoire, un acte de mise en présence : nous nous mettons en présence du Père saint, du Christ, puis de Marie, et des anges : l’Eglise est un lieu saint, car Dieu y habite. La messe est une rencontre avec Dieu.


Extraits de F.Breynaert, A l'écoute de Marie, tome II, Brive 2007

JE PARTICIPE !