Le pécheur sort de la damnation par l’amour (Ste Catherine de Sienne 1347-1380)

Le pécheur sort de la damnation par l’amour

L'action est limitée ("finie"), donc aussi le péché et la pénitence, mais l'offense atteint Dieu, infini. Et l'amour qui accompagne nos actions peut devenir infini :

Au chapitre 11 du livre des Dialogues, Catherine de Sienne considère l'offense : le péché est limité parce qu'il est humain, mais l'offense atteint Dieu, et en ce sens, l'offense est infinie.

Première conséquence : Catherine donne le conseil de ne jamais commettre un péché sous prétexte d'aider le prochain, car le péché est une offense infinie.

Deuxième conséquence : les pénitences des actions humaines sont limitées, elles ne méritent rien devant Dieu qui est infini ; c'est pourquoi il faut y joindre un désir infini, c'est l'amour infini qui accompagne l'action, le désir infini, qui est capable de réparer.

Le criminel sort de la damnation par l'amour :

Le criminel trouve le pardon à cause de l'amour (qui est infini !),

[Jésus s'adresse à Ste Catherine et lui dit à propos d'un condamné à la peine capitale: ]

« Je veux que tu saches, ma fille que pour le libérer de la damnation éternelle en laquelle je vois qu'il était, je lui permis ce cas [qu'il fût exécuté] pour qu'avec son sang dans mon sang il eût la vie... parce que je n'avais pas oublié la révérence et l'amour qu'il avait envers ma douce mère Marie. » [1]

Ainsi, le pécheur sort de la damnation par le sang du Christ, c'est-à-dire son amour, qui est divin, infini.

Le criminel est libéré de la damnation non seulement par l'union au mystère pascal (au sang du Christ) mais aussi par « la révérence et l'amour qu'il avait envers ma douce mère Marie » [1]

Ailleurs, Catherine de Sienne revient sur ce thème et compare Marie à « une amorce, posée par ma bonté, pour prendre les créatures douées de raison » (Dialogue, chapitre 5).

En effet, si les pécheurs aiment Marie, si leur cœur est épris, alors ils sont entrés dans une compensation infinie de leur crime, car l'amour est infini.

Marie est très importante car par elle le Verbe s'est incarné. Or le Verbe incarné révèle aux hommes la dimension infinie de l'amour.

La racine du péché est l'amour propre qui nous fait perdre le barème...

Dans ce même chapitre 5 des Dialogues, Catherine de Sienne explique la racine du péché : c'est l'amour propre. C'est toujours la même logique : l'amour propre nous fait nous aimer nous-mêmes, nous qui sommes limités, au lieu d'aimer Dieu, qui est infini. On entre alors dans la finitude, l'avarice, la cupidité, les faux jugements : ayant perdu le barème, la mesure de l'infini, les interventions de Dieu semblent injustes.

C'est la perdition...

Alors n'oublions pas : le péché est toujours fini, parce qu'il est humain. La miséricorde divine est infinie, parce qu'elle est divine.

Le péché est toujours fini, la miséricorde divine est infinie.


[1] Lettre 272, Epistolario, U. MEATTINI [ed], S. CATERINA DA SIENA, Epistolario, Ediz. Paoline, Torino 1993. (non è ancora un edizione critica) p. 1315-1316.


Françoise Breynaert

JE PARTICIPE !