Les intuitions de Marthe Robin sur la France

Marthe Robin priait beaucoup pour la France, et voici ci-dessous quelques pensées, intuitions, prières ou prophéties données par cette âme très privilégiées tout au long de sa vie (extraits du livre « Pourquoi prier pour la France », page 91 à 114) : 

« Mon Dieu, faites saintement renaître et revivre votre France, faites-la plus vôtre et plus chrétienne tous les jours. Qu’elle redevienne comme jadis, mieux que jadis, la nation choisie entre toutes pour vous aimer et vous faire aimer des autres ; la nation particulièrement chère à votre Cœur, à votre amour, à Marie et à sa divine protection. Rendez-la, ô mon Dieu, à sa grande mission dans l’Église et dans le monde par la toute-puissante, par la bienfaisante et surnaturelle action de vos bien-aimés prêtres par qui vous communiquez aux hommes et à tous les peuples toute foi, toute lumière et toute vie » (10 janvier 1041) – page 98

« Plus que jamais aussi, l’étranger à les yeux sur nous et nous observe d’une façon inquiétante et cruelle. La France est raillée et veillée sur tous les points parce qu’on la croit mensongère. Nous le méritons en quelque sorte, il est vrai en affichant une mentalité de mauvais goîut et scandaleuse, tout à fait dépourvue d’idéal. L’étranger se base sur les apparences, sur nos mœurs extérieures, sur la surface en un mot ; et la surface, chez nous, transpire l’irreligion et le désordre. Mais ce que l’étranger voit, ce qu’il connait et condamne ce n’est pas la France, ce n’est pas la vraie ! La vraie France il ne la comprend pas, il ne peut pas la comprendre ! C’est qu’elle est trop profonde, son fond secret et intime, elle ne le livre pas… elle le laisse ignorer par un tact bien français et de bon goût. La discrétion, c’est du génie ! La France est incomprise parce que méconnue… ou plutôt mal connue. Ce qui se dérobe à la vue n’échappe pas au cœur ! mais on ne connaît pas le cœur de la France, on ne connaît pas l’âme de la France. Notre âme française est à nous, c’est notre bien, c’est notre gloire, c’est notre honneur. Notre devoir nous impose de ne pas la livrer. Elle est à Dieu… Mais notre devoir nous impose aussi de la laisser apparaître pour qu’on la respecte. Il est bon de montrer au monde, qui nous nargue et s’impose en maître chez nous, que nos vertus françaises, que notre race chrétienne, vaillante et généreuse n’est pas morte, surtout actuellement où la pensée française est censurée, sa morale discréditée, son goût flétri grossièrement, au-delà des frontières et presque sur notre sol… Nos journaux de toutes sortes circulent à l’étranger et s’y lisent à qui mieux mieux, nos mauvais romans surtout, et nous sommes par eux très mal jugés. Tous ces journaux, tous ces livres immoraux qui pullulent en masse en tous pays sont, pour la plupart, mis en circulation par des Français qui ne le sont plus que de nom. Je n’ose pas dire qu’ils sont consciemment coupables… ils ne sont certainement qu’aveuglés, « ils ne savent pas ce qu’ils font », mais l’action n’en reste pas moins lamentable et répréhensible. 

« Les actes d’héroïsme, les actes admirables et les grands saints sont assez nombreux en France et plus que partout ailleurs, pour qu’on ne se fie pas seulement sur nos mauvais livres pour nous salir et nous abaisser. C’est à nous, chrétiens françaises, à qui il appartient de travailler de tout notre cœur et de toute notre âme au relèvement moral, à la bonne renommée de notre noble France. C’est à nous de la défendre dans son esprit, sa religion, sa foi… dans tout ce qu’elle a de dignité, de loyauté, de chrétien. Comment, dira-t-on ? Par notre conduite, par notre piété, par nos prières. Que puis-je toute seule, direz-vous peut-être ? Serez-vous seule ? Et puis, si vous étiez seule à bien faire, est-ce pour cela que vous ne devriez pas continuer ? Ne suffit-il pas d’une faible étincelle pour allumer un immense incendie ? Ne suffit-il pas qu’un seul cœur déborde d’amour pour que mille autres en soient pleins ? Et puis, une seule bonne volonté en fait tout de suite lever des masses. 

« La France est la fille aînée de l’Église.
La France est la patrie privilégiée de la Sainte Vierge.
La France est le berceau des saints.
La France doit être le temple des louanges de Dieu.    
Aimer Dieu, le faire aimer, c’est gagner une couronne pour le ciel. Aimer la France, la faire aimer, c’est ajouter un fleuron à cette couronne.
(23 janvier 1930) – page 101-103

Un jour après une communion, Jésus lui fait part de grandes grâces qu’il veut déverser sur le monde entier et particulièrement sur la France :

« Je réserve au monde entier, et particulièrement en France, des trésors de lumières, des déluges de grâces … Jusqu’à la fin des temps, je ferai des prodiges, rien ne saurait m’arrêter, ni la férocité des démons, ni la résistance des hommes … je les terrasserai »
(6 novembre 1931) – page 104 

« La France va descendre jusqu’au fond de l’abîme, jusqu’au point où l’on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement. Elle restera toute seule, délaissée de toutes les autres nations qui se détourneront d’elle, après l’avoir conduite à sa perte. Elle ne restera pas longtemps dans cette extrémité. Elle sera sauvée, mais ni par les armes, ni par le génie des hommes, parce qu’il ne leur restera plus aucun moyen humain… La France sera sauvée, car le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge. C’est Elle qui sauvera la France et le monde… Le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge et par le Saint-Esprit : ce sera la nouvelle Pentecôte, le second « avènement » du Saint-Esprit. Ce sera une ère nouvelle et à partir de ce moment se réalisera la prophétie d’Isaïe sur l’union des cœurs et l’unité des peuples. Après le nouvel « avènement » du Saint-Esprit qui se manifestera plus particulièrement en France, celle-ci réalisera vraiment sa mission de fille aînée de l’Église, et l’épreuve, en la purifiant, lui rendra son titre perdu. »
(10 février 1936) – page 105 

NB : ce mouvement de chute et de relèvement a été décrit par Marthe dès 1936 avec le Père Finet mais aussi à bien d’autres : par exemple en 1941 avec le Père Coulon, en 1943 avec Mgr Lavarenne, en 1970 avec Jean Guitton, en 1974 au Père Yannick Bonnet, etc. 

« La France redeviendra chrétienne »
(8 décembre 1939) – page 106 

 

« La France sera épurée et Dieu lui réserve dans le monde de demain une œuvre de choix, toute spirituelle d’ailleurs, où elle reprendra son visage chrétien et généreux et se présentera à nouveau comme la fille aînée de l’Église »
(2 décembre 1941) – page 107

Dans le Journal de Mgr Jean Lavarenne : « Pourtant, dis-je, Dieu n’a besoin de personne ; il n’a pas besoin de la France ». Elle répond vivement : « Mais il veut avoir besoin d’elle »
(24 mai 1943) – page 108 

« Marthe, croyez-vous que la France a encore un avenir spirituel ? » lui demande Bernard Peyrous. Elle répond dans une sorte de cri : « Ah ça ! J’y crois beaucoup ! »
(En 1980) – page 109 

Le dialogue que Jean Guitton retranscrit, dans son « Portrait de Marthe Robin » [NDLR : Ed. Grasset, p. 107] permet de mieux comprendre comment cette « perspective divine » oriente sa pensée, son offrande, et sa prière :
« Je me souviens lui avoir posé une dernière question : "Marthe, vous parlez d'une Pentecôte d'amour. Comment vous représentez-vous cette Pentecôte d'amour ?". »
Réponse de Marthe :
« Oh ! pas du tout sous une forme extraordinaire. Je la vois comme paisible, comme lente. Je pense qu'elle se fera petit à petit, peu à peu. Je pense même qu'elle a déjà commencé. Quant à l'avenir, vous savez qu'on me prête beaucoup d'idées sur l'avenir. Je ne sais rien, sauf une chose : que l'avenir c'est Jésus. »
(En 1970) – page 109 

 

DEUX PROPHÉTIES DE MARTHE ROBIN CONCERNANT LA FRANCE  

1 - Cette première prophétie a été confiée au Père Yannick Bonnet qui, en avril 1973, est allé voir Marthe Robin pour lui demander son avis sur la dégradation sociale et morale de la France (source : bulletin des EDM n°101) : « Ce n'est rien à côté de ce qui va arriver. Vous n'imaginez pas jusqu'où l'on descendra ! Mais le renouveau sera extraordinaire, comme une balle qui rebondit ! Non, cela rebondira beaucoup plus vite et beaucoup plus haut qu'une balle ! » 

2 - Cette seconde prophétie a été confiée au Père Finet, le co-fondateur des Foyers de Charité, en 1936 (source : bulletin des EDM n°75) : « La France tombera bas, très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Alors elle criera vers Dieu, et c'est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. Elle retrouvera sa mission de fille aînée de l'Église et enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier. »

 

PRIERE DE MARTHE ROBIN POUR LA FRANCE

Ô Père, ô mon Dieu, délivrez et sauvez maintenant votre France.
Préparez les cœurs de ses enfants à la mission qu'ils vont avoir à accomplir pour elle, pour toutes les nations, pour l'Église tout entière.
Ô Père, ô mon Dieu, que les cœurs de tous vos élus tressaillent maintenant à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir.
Conduisez-les ô mon Dieu chacun à sa place, chacun à sa mission et imposez-leur vous-même tout ce que vous voulez de chacun et de tous.
Que rien ne soit l'effet de leur choix, ô mon Dieu, mais de votre unique désir, de votre unique volonté d'Amour.
Ô Maman chérie, ne les laissez ni s’égarer, ni se tromper.